La « génération iPhone » est-elle si différente des précédentes ?

Autres addictions comportementales / 29 octobre 2018

Autres addictions comportementales
Addiction Autres addictions comportementales - La « génération iPhone » est-elle si différente des précédentes ?

Si vous avez, comme nous, tendance à vous perdre dans les définitions des générations, c’est le moment d’en apprendre une nouvelle. Petit mémo (les dates peuvent varier) : aux baby-boomers (1946-1964) puis à la génération X (1965-1979) ont succédé les millennials (1980-1994). Puis vient la génération « iGen », qui désigne celles et ceux nés à partir de 1995 (et qui, à la sortie de l’iphone en 2007, avaient 12 ans ou moins). C’est en tout cas ainsi que les nomme Jean M. Twenge. La psychologue américaine préfère l’appellation « iGen » à celle de génération Z, tombée selon elle en désuétude car elle ne fonctionnait que si existait une génération Y. Or le terme a été écrasé par celui de « millennials ».

Bref, cette iGen, nous dit Jean M. Twenge, est, comme nous l’avions évoqué dans un précédent article, une génération métamorphosée. Par la technologie, car « l’omniprésence du smartphone parmi eux a engendré des répercussions dans tous les domaines de leur vie, depuis leurs interactions sociales jusqu’à leur santé mentale », mais pas seulement. « Par la manière dont ses membres passent leur temps, par leur comportement, ainsi que par leur prise de position par rapport à la religion, la sexualité et la politique, la génération iGen se distingue de toutes les précédentes »

Cette singularité est décortiquée, sujet par sujet, chapitre par chapitre. Le sommaire ne fait pas dans la dentelle : le « i » est repris systématiquement. La génération iGen est donc entre autres « immature », car elle grandit moins vite et repousse l’entrée dans l’âge adulte, « indifférente à la religion », « individualiste et dans sa bulle », privilégiant la « sécurité » à la « charité » (le déclin des comportements à risque, le besoin de safe spaces dans les universités, la baisse de l’engagement communautaire, sont analysés sur plusieurs pages assez fascinantes), « indécise » de par son nouveau rapport au sexe, au mariage et à la famille, « inclusive » du fait de sa plus grande ouverture d’esprit et de l’attention particulière portée au respect de l’égalité, qu’il s’agisse de l’orientation sexuelle, de l’origine ethnique ou du genre.

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Autres addictions comportementales

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir

À lire aussi