» retour

ALCOOL / La drogue la plus dangereuse

Quelle est la drogue la plus dangereuse pour soi et pour autrui, vous pensez ?

Ce n’est pas l’héroïne. Ce n’est pas la cocaïne. Ce n’est surtout pas le cannabis.

C’est l’alcool.

Parce que oui, l’alcool est une drogue. Ça tombe dans cette catégorie, pour la science et pour la santé publique.

Selon une étude publiée en 2010 dans le journal médical The Lancet, l’alcool trône au sommet d’un palmarès de 20 drogues légales et illégales, en termes de dangerosité pour la santé et pour les autres (1). Les chercheurs ont attribué des points à la dangerosité pour soi et pour les autres.

Pour soi : toxicité, taux de surdose, niveau de dépendance, maladies connexes, etc.

Pour autrui : violences associées à la consommation, accidents entraînés par la substance, coûts d’hospitalisation, etc.

Pour le danger causé à soi-même, l’héroïne, le crack (un dérivé de la cocaïne) et les métamphétamines sont les plus susceptibles de vous bousiller la santé.

Pour l’impact sur autrui : l’alcool, l’héroïne et le crack trônaient en tête de liste. Ces drogues entraînent des coûts sociaux importants, en plus de blesser et de tuer des gens liés (ou pas) aux utilisateurs, par la violence qu’elles déclenchent ou les accidents qu’elles provoquent.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

ALCOOL / Epaisseur corticale et empathie chez des sujets à haut risque de développer un trouble d’usage

Les sujets ayant des parents biologiques au premier degré avec un trouble d’usage d’alcool (TUA), ont une probabilité plus élevée de développer un TUA. Or, la perturbation du traitement des émotions et de l’empathie chez les sujets avec un TUA est d’autant plus importante qu’elle est liée à un usage problématique d'alcool et à la rechute.


Le 04 Déc 17
Actualité

Essai / “Comment l’alcool détruit la jeunesse“ du Pr Amine Benyamina et Marie-Pierre Samitier

Le titre de cet ouvrage, un peu radical même s’il fait le constat des dégâts potentiels de l’alcool sur la jeunesse, ne reflète qu’en partie son contenu. L’ouvrage est sous-titré “La responsabilité des lobbies et des politiques“, ce qui complète parfaitement la problématique posée ici, à savoir l’impact des lobbies des alcooliers sur des politiques publiques de lutte contre l’alcoolisation massive des jeunes ou moins jeunes.


Le 18 Sep 17
Drogbox