Alcoolisation fœtale : "les femmes d’aujourd’hui sont moins bien informées que celles d’hier"

Alcool / 3 septembre 2018

Alcool
Addiction Alcool - Alcoolisation fœtale : "les femmes d’aujourd’hui sont moins bien informées que celles d’hier"

Avec le recul, personne n’a vraiment compris ce que la ministre de la Santé a voulu dire concernant la lutte contre le syndrome de l’alcoolisation fœtale (SAF). “Nous avons obtenu des alcooliers qu’il y ait un logo qui explique bien qu’on ne doit boire aucun alcool pendant la grossesse, c’est très mauvais pour le fœtus. On est en train de travailler sur la taille et la couleur” déclarait Agnès Buzyn mardi 26 juin dernier dans l’émission 8h30 Toussaint Aphatie sur la chaîne France Info, alors que le logo en question est obligatoire sur les contenants d’alcool depuis plus de 10 ans.

Là où l’article L. 3322-2 du code de la santé publique sert à faire figurer un “message à caractère sanitaire préconisant l’absence de consommation d’alcool par les femmes enceintes” sur les bouteilles, cubis et autres conditionnements de boisson dont le degré alcoolique dépasse 1,2°, un arrêté d’octobre 2006 fixe de son côté les modalités pratiques. “Toutes les unités de conditionnement des boissons alcoolisées portent, dans les conditions fixées par arrêté du ministre chargé de la santé, un message à caractère sanitaire préconisant l’absence de consommation d’alcool par les femmes enceintes( …). Le message sanitaire est inscrit sur fond contrastant, de manière à être visible, lisible, clairement compréhensible, indélébile. Il ne doit en aucune façon être dissimulé, voilé ou séparé par d’autres indications ou images”, précise le texte de loi.

“Investir de l’argent”

“Peut-être que la ministre a voulu dire qu’il faudrait que les logos soient plus visibles et plus grands”, analyse dans l’émission La médecine au féminin Marie-Dominique Lamblin, pédiatre et neurophysiologiste au CHRU de Lille, prudente, avant d’ajouter :”mais peut-être gagnerait-on à investir de l’argent ailleurs, comme dans des campagnes de prévention télévisuelle ou des missions d’information dans les collèges et les lycées”.

En France, le syndrome de l’alcoolisation fœtale (SAF) est devenu un véritable problème de santé publique. 8 000 nouveaux-nés en sont touchés chaque année (1% des naissances)

Aller plus loin sur l’espace Alcool

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir