» retour

Aux États-Unis, les personnes âgées multiplient les overdoses

L’âge venant, le corps se fragilise, les maux s’accroissent et il faut bien atténuer la douleur. Aux États-Unis, 81% des plus de 65 ans sont concernés par des maladies chroniques telles que l’arthrite, l’hypertension, les maladies cardiaques et le diabète: pour les cas les plus critiques, ça se règle à coup de prescriptions d’antalgiques opioïdes, soit des drogues censées être prises à petites doses.

Une crise de santé publique

L’encadrement médical de ces traitements est pourtant laborieux, tout autant que la politique mise en place pour l’améliorer: l’an dernier, alors que Donald Trump déclarait que la crise des opioïdes était une urgence de santé publique, il s’abstenait de demander une levée de fonds supplémentaires pour endiguer cette crise sans précédent –en 2017, le nombre total de morts par overdoses était estimé à près de 72.000. Alors que le Département de la Santé et des Services sociaux des États-Unis faisait état d’un budget de presque 900 millions de dollars (soit 774 millions d’euros) consacré principalement aux services de traitement, le nombre d’overdoses ne fait qu’augmenter.

Bien que la part la plus âgée de la population ne soit pas la plus touchée par ce phénomène, son nombre pourrait bientôt marquer un passage du simple au double entre les chiffres de 2004 et ceux de 2020, passant de 1,2% à 2,4%. S’il n’est pas déraisonnable, le chiffre pointe toutefois la nécessité qu’il y a de systématiser un accompagnement médical suffisant pour les patients sous traitements opiacés.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Dossier

ADDICTIONS / Le Pr Michel Reynaud rend son rapport à la MILDT

Vendredi 7 juin 2013, le Pr Michel Reynaud (hôpital Paul Brousse) a rendu à Mme Jourdain-Menninger, présidente de la MILDT (Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie), le rapport collectif sur la question des addictions qu’il a présidé et coordonné : « les dommages liés aux addictions et les stratégies validées pour réduire ces dommages ». La Fédération Addiction, par le biais de ses administrateurs et adhérents, a contribué à l’élaboration de ce document.


Le 28 Août 16