“Free will and the brain disease model of addiction” (Eric Racine) : l’impact exagéré de la conception de l’addiction comme maladie cérébrale sur la diminution de la responsabilité des personnes addictes.

“Free will and the brain disease model of addiction” (Eric Racine) : l’impact exagéré de la conception de l’addiction comme maladie cérébrale sur la diminution de la responsabilité des personnes addictes.

Comme dans l’article de Hanna Pickard, « The puzzle of addiction », Éric Racine et ses collègues s’interrogent sur le primat accordé à la conception de l’addiction comme maladie cérébrale. Ils mettent en avant un autre aspect du caractère séduisant de cette conception1 : elle permettrait de réduire le stigma envers les personnes addictes, en réduisant leur responsabilité.