Les troubles de personnalité ne seraient pas un facteur de mauvais pronostic dans les troubles d’usage d’alcool, selon une méta-analyse du British Journal of Psychiatry.

Les troubles de personnalité ne seraient pas un facteur de mauvais pronostic dans les troubles d’usage d’alcool, selon une méta-analyse du British Journal of Psychiatry.

Les troubles de personnalité constituent un ensemble hétérogène de troubles du fonctionnement social, aboutissant à des conséquences relationnelles récurrentes et des complications psychiatriques fréquentes chez les sujets qui en sont atteints.