En Australie, l'Abstinence Alcool prend le pas sur la Tempérance pour les Jeunes

Alcool / 15 novembre 2018

Alcool
Addiction Alcool - En Australie, l'Abstinence Alcool prend le pas sur la Tempérance pour les Jeunes

Ce sont les conclusions d’un article publié dans Alcohol and Alcoholism en octobre.

Cette étude épidémiologique examine entre 2001 et 2013 l’évolution des démarches de réduction et d’arrêt de l’alcool chez les Australiens et les raisons qui motivent ces changements.

Après un recueil de données nationales en population générale en 5 vagues de 2001 à 2013, les résultats sont pour certains sans surprise :

  • La consommation totale moyenne d’alcool diminue, via une diminution du nombre d’occasions et de la quantité d’alcool par occasion,
  • les classes d’âge les plus jeunes sont plus à même de modifier leurs comportements (arrêt ou réduction) de consommation alcool pour des raisons de changement de style de vie ou de contexte festif,
  • Les groupes plus âgés rapportent plutôt des motivations liées à la santé.

 

Mais si l’on s’intéresse en particulier aux plus jeunes (14-17 ans, 18-23 ans et 24-29 ans), cette étude objective le fait qu’ils sont, sur les recrutements de 2010 et 2013, les plus concernés par la démarche d’arrêt de l’alcool.

De plus entre les premières et les dernières vagues de recrutement de cette étude on observe que l’âge d’arrêt de l’alcool se déplace vers les plus jeunes.

Les 14-17 ans sont 3 fois plus susceptibles de stopper toute consommation d’alcool que les 30-49 ans.

Pour les jeunes Australiens, dès 14 ans, l’acceptabilité sociale de l’abstinence vis-à-vis de l’alcool semble peu à peu s’installer.

 Les raisons évoquées pour réduire ou stopper l’alcool par le groupe le plus jeune (14-17ans) incluent de manière significative la pression parentale mais aussi celle des pairs.

Il semble donc également qu’au delà d’un acceptabilité sociale de l’abstinence, s’installe une « dénormalisation » de la consommation d’alcool pour les plus jeunes.  

 En Australie, la mise en cohérence des messages délivrés au grand public avec les données de santé publique (sur les risques immédiats et à terme, liés la consommation d’alcool), et l’application de mesures réglementaires scientifiquement validées (interdiction effective de vente au mineurs, interdiction effective d’achat par un majeur pour un mineur) avec application des sanctions (amendes immédiates notamment) a amorcé le changement.

Les Australiens sont plus au fait des risques liés à la consommation d’alcool, et donc évidemment plus à même de maitriser ces risques.

Un exemple à suivre en France, où les représentations erronées liées à l’alcool sont omniprésentes, où l’initiation au goûts de boissons alcoolisées arrive jusque dans les confiseries et sodas Mojitos, et où la pression du groupe des pairs s’exerce plus souvent dans le sens de l’intoxication ponctuelle intensive que dans celui de l’abstinence.

Michaël BISCH

 

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Alcool

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir