Jeunes shootés au gaz hilarant : en vogue dans les soirées, le "proto" est-il dangereux pour la santé ?

Autres drogues / 28 septembre 2018

Autres drogues
Addiction Autres drogues - Jeunes shootés au gaz hilarant : en vogue dans les soirées, le "proto" est-il dangereux pour la santé ?

« Mon premier ‘balloon’, c’était il y cinq ou six ans. Mes potes m’en ont proposé en soirée. Maintenant j’en pends à peu près cinq fois par an, raconte Anna, une Parisienne de 25 ans. T’es défoncé pendant 30 secondes à peu près. Tu pars un peu dans le cosmos, tu te marres et t’es un peu désorienté. » Comme elle, histoire de planer quelques secondes, de plus en plus de jeunes utilisent ces « balloons », des ballons de baudruche remplis de protoxyde d’azote ou « proto », un gaz hilarant également utilisé comme anesthésique en milieu hospitalier. Selon une récente enquête de la mutuelle étudiante Smerep, le « proto » est même la troisième drogue la plus utilisée par les étudiants, derrière le cannabis et le poppers.

Tout à fait légal, le gaz hilarant se trouve d’ailleurs très facilement. « Ça s’achète dans les hypermarchés, explique Anna. Ce sont les petites capsules que l’on met dans les bonbonnes de chantilly par exemple. » Ensuite, il suffit de transvaser le protoxyde d’azote dans un ballon de baudruche grâce à un « cracker », un mini-siphon coloré que l’on peut trouver sur internet pour une dizaine d’euros. Ne reste plus qu’à tout aspirer, expirer dans le ballon, aspirer à nouveau et ainsi de suite.

Aller plus loin sur l’espace Autres drogues

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir