Jeunes shootés au gaz hilarant : en vogue dans les soirées, le "proto" est-il dangereux pour la santé ?

Autres drogues / 28 septembre 2018

Autres drogues
Addiction Autres drogues - Jeunes shootés au gaz hilarant : en vogue dans les soirées, le "proto" est-il dangereux pour la santé ?

“Mon premier ‘balloon’, c’était il y cinq ou six ans. Mes potes m’en ont proposé en soirée. Maintenant j’en pends à peu près cinq fois par an, raconte Anna, une Parisienne de 25 ans. T’es défoncé pendant 30 secondes à peu près. Tu pars un peu dans le cosmos, tu te marres et t’es un peu désorienté.” Comme elle, histoire de planer quelques secondes, de plus en plus de jeunes utilisent ces “balloons”, des ballons de baudruche remplis de protoxyde d’azote ou “proto”, un gaz hilarant également utilisé comme anesthésique en milieu hospitalier. Selon une récente enquête de la mutuelle étudiante Smerep, le “proto” est même la troisième drogue la plus utilisée par les étudiants, derrière le cannabis et le poppers.

Tout à fait légal, le gaz hilarant se trouve d’ailleurs très facilement. “Ça s’achète dans les hypermarchés, explique Anna. Ce sont les petites capsules que l’on met dans les bonbonnes de chantilly par exemple.” Ensuite, il suffit de transvaser le protoxyde d’azote dans un ballon de baudruche grâce à un “cracker”, un mini-siphon coloré que l’on peut trouver sur internet pour une dizaine d’euros. Ne reste plus qu’à tout aspirer, expirer dans le ballon, aspirer à nouveau et ainsi de suite.

Aller plus loin sur l’espace Autres drogues

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir