Les enjeux d'une grossesse sans alcool

Alcool / 2 octobre 2017

Alcool
Addiction Alcool - Les enjeux d'une grossesse sans alcool

Les enjeux d’une grossesse sans alcool

L’exposition prénatale à l’alcool expose le fœtus à des troubles plus ou moins sévères dont le syndrome d’alcoolisation fœtale est la conséquence la plus grave. Le « SAF » associe notamment retard de croissance, dysmorphie faciale et troubles du développement neurologique. Ces dommages du système nerveux central peuvent se traduire par des déficits intellectuels, des difficultés d’apprentissage ou de mémorisation et d’insertion sociale, des troubles de l’attention et/ou de la mémoire, une incapacité à contrôler ses émotions. Il n’existe pas d’alcool moins toxique que d’autre et toute consommation d’alcool par la mère est susceptible d’engendrer des dommages chez le fœtus. Un verre d’alcool est un verre de trop. Faute de pouvoir définir des seuils de consommation sans risque pour le fœtus, le message le plus sûr à faire passer est donc celui de « zéro alcool pendant la grossesse ».

Les professionnels de santé sont en première ligne pour informer les femmes et leur entourage sur les risques liés à la prise d’alcool, évaluer leur niveau d’exposition à l’alcool et les accompagner dans leur démarche d’arrêt.

Chez l’enfant, en cas d’exposition à l’alcool modérée ou sévère, le repérage précoce des troubles causés par l’exposition fœtale à l’alcool est capital afin d’organiser une prise en charge adaptée, multidisciplinaire, idéalement au sein de réseaux « enfance vulnérable ».

Au sommaire de ce dossier du quotidien du médecin : 

Le syndrome d’alcoolisation foetale : prévenir et dépister

Oser aborder le sujet sensible de l’alcool chez la femme enceinte

Alcool et grossesse : le “zero alcool” marque les esprits

Zéro alcool pendant les 9 mois de grossesse

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Alcool

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir