» retour

Même faible, le surdosage de paracétamol est dangereux

Avaler une grande quantité de paracétamol d’un seul coup peut provoquer une hépatite fulminante, la plupart du temps mortelle. C’est pour cette raison qu’en Angleterre, ce médicament est fréquemment utilisé dans les tentatives de suicides. Mais dépasser les doses autorisées de façon régulière se révèle également particulièrement toxique pour le foie, selon une étude publiée le 23 novembre dans le British Journal of Clinical Pharmacology.

Sur 663 patients hospitalisés pour des lésions hépatiques graves provoquées par le paracétamol, les trois quarts avaient absorbé une dose massive de paracétamol. Le quart restant avait juste ingéré des quantités supérieures aux doses thérapeutiques (c’est-à-dire plus de 4 grammes par jour) sur les sept derniers jours, principalement pour calmer des douleurs. Les auteurs de l’étude ont constaté que ces surdosages réguliers étaient plus dangereux pour les personnes que l’intoxication massive en seule fois. Notamment en raison d’une arrivée trop tardive à l’hôpital.

Ces surdosages de paracétamol font également des ravages en France. «C’est la première cause d’indication de greffe hépatique en raison d’une hépatite aiguë grave», confirme au Figaro le professeur Dominique Larray, hépato-gastro-entérologue du CHU de Montpellier. Ce médecin a participé à l’étude Salt, présentée en octobre lors du congrès de pharmacovigilance à Istanbul. Réalisée sur 3 ans dans les centres de transplantation hépatiques de sept pays européens, cette enquête avait pour but d’étudier le rôle des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) dans les transplantation hépatique pour hépatites graves chez les adultes.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi