Le patch fournit de la nicotine lentement (plus lentement que les substituts oraux) mais de façon constante et non stop! Il s’accorde très bien avec pastilles, gommes, inhaleur, ou vape en complément.

Les dosages

Il existe différents dosages qu’on adapte en fonction du nombre de cigarettes que le fumeur consomme chaque jour, et de sa dépendance, de son “ancienneté” de fumeur.
Les différents patchs :
– 24 heures petit 7 mg ( 7 mg de nicotine)
– 24 heures moyen 14 mg (14 mg de nicotine)
– 24 heures grand 21 mg (21mg de nicotine )
– 16 heures moyen 10 mg (10 mg de nicotine)
– 16 heures grand 15 mg (15 mg de nicotine)
– Il existe aussi des patch à 25 mg 16 heures (25 mg de nicotine)
Les patch sur 16 heures se portent le jour, les patch sur 24 heures jour et nuit. Le patch n’agit pas immédiatement, il est donc utile de l’associer à un substitut oral le matin. Il continue à agir une petite heure après qu’on l’ait enlevé.
On peut porter plusieurs patch sans aucun souci.

Quel dosage je choisis ?

Le plus souvent, votre tabacologue ou médecin vous conseillera précisément, par le calcul de C0 (monoxyde de carbone) expiré. C’est la mesure la plus fiable.
On évalue aussi la dépendance avec plusieurs questionnaires, le plus connu est celui de Fagerström (cliquez pour passer le test).
La règle commune est par ailleurs d’associer une cigarette fumée à 1 mg de nicotine, 2 mg si ce sont des cigarettes roulées.
Mais !
Il est important de prendre en compte sa dépendance, si on fume depuis longtemps et beaucoup ou pas. Ensuite il y a deux aspects essentiels à connaitre:
– Si l’on tire très fort sur sa cigarette, ce n’est pas 1 mg de nicotine que l’on absorbe, mais plutôt 3 mg.
– Si l’on diminue le nombre de cigarettes fumées, on a tendance à tirer beaucoup dessus: on apprend à se passer de certaines cigarettes, mais la dose de nicotine ne change pas: le fumeur s’autotitre, il prend la dose dont il a besoin.
Lesquels choisir? 16H? ou 24H?
Si vous avez des soucis de sommeil, si vous enlevez votre patch le soir, si vous sentez que vous avez besoin de plus d’aide dans la journée, portez des patch 16 heures: on le pose le matin, on l’enlève le soir.
Au besoin le matin, on prend un substitut oral en attendant que le patch fasse effet.
Si vous dormez bien, si vous avez peur d’avoir envie de fumer le matin au réveil, si le fait de garder un patch la nuit ne vous gêne pas, prenez du 24 heures, et remplacez le matin après la douche le patch de la veille.

Durée d’utilisation

La durée d’utilisation minimale est de 3 mois avec décroissance progressive par paliers de 4 semaines minimum. Il faut savoir que l’efficacité des patch est améliorée si une durée de port plus longue est possible: jusque 6 ou 9 mois. On a fumé longtemps, il faut prendre le temps du sevrage.

Comment l’appliquer ?

On le colle sur une peau propre et sèche, sans poils. Eviter les peaux irritées.  On ne met ni crème, ni lait, ni lotion avant sur la zone concernée.
On évite la poitrine, et on choisit un endroit différent chaque jour.
Très souvent on conseille le mouvement de la macarena: l’épaule droite, la gauche, le bras droit, puis gauche, la fesse droite puis gauche. Si sensibilité, on préfèrera le haut des fesses, le dessus des cuisses et …. le dessous du pied!
On presse le patch 10 secondes en appuyant.
Un patch tient sous la douche. En cas de forte sudation, ou de crainte de décollage, ne pas hésiter à utiliser un sparadrap large bande hypo-allergénique, qui couvre largement le patch.

Dépendance

Les patch ne provoquent pas de dépendance. Personne ne devient accro aux patch, c’est à cause de leur mode de diffusion lente, pas de shoot. Si vous deveniez accro aux patch, vous feriez l’objet d’articles scientifiques!

On les diminue comment ?

Tout doucement, par paliers, en prenant le temps d’assoir chacun des paliers. On y va tranquille, en coupant un petit bout, par exemple.
Le secret, c’est de prendre son temps, vraiment. Ne pas avoir peur de rester un peu plus longtemps à un dosage: chaque chemin est différent. Ne pas craindre non plus de ré-augmenter le patch en cas de coup dur, d’envies, de fatigue, etc. Ce n’est pas faire marche arrière: c’est sauver son arrêt.

Peut on les couper ?

Oui, sans souci. Dans ce cas là, le morceau de patch collé doit être maintenu avec un sparadrap large bande hypo-allergénique (en pharmacie ou en parapharmacie), qui couvre tout le patch, et ne laisse pas la nicotine s’échapper.
Le bout restant, vous le remettez tout de suite dans l’emballage, et vous fermez hermétiquement cet emballage avec du scotch.

Les allergies, c’est quoi ?

Tout d’abord il faut changer chaque jour l’emplacement du patch, et bien rincer la zone après avoir enlevé le patch.
On observe régulièrement des allergies à la colle du patch: une crème antihistaminique fait souvent l’affaire.
Mettre le patch dans des zones moins fragiles, comme le haut des fesses, le dessus des cuisses, le dessous des pieds.
Vous pouvez aussi demander à votre généraliste de vous prescrire des pansements films transparents respirants. Vous l’appliquez sur peau propre et sèche. Puis vous collez dessus votre patch.
Enfin il faut savoir que les patch sur 16 heures donnent moins d’allergies.

Peut on associer patch et autres substituts ?

Oui, il est possible d’utiliser en même temps plusieurs types de substituts, comme gommes/pastilles et patch ou patchs et inhalateurs, patch et vape. Cette association peut permettre de mieux “contrôler” le dosage de nicotine.
Le patch est souvent accompagné d’un autre substitut pour gérer les envies qui arrivent en journée.

Comment savoir si on est en surdosage ? Et en sous dosage ?

Le surdosage est rare, très rare même, c’est le sous dosage qui est très fréquent. Les symptômes d’un surdosage:
– Sensation de dégout
– Maux de tête
– Vertiges
– Accélération du rythme cardiaque
– Nausées
– Diarrhées
– Bouche pâteuse
On diminue alors le dosage, très simplement, les symptômes cessent très rapidement.
Attention!
Un mal de tête et des vertiges peuvent aussi être le signe d’un sous dosage, bien plus fréquent!
Les symptômes d’un sous dosages sont parfois “traîtres”:
– Envies de fumer
– Enervement
– Grignotage, sensation de faim
– Tension, être à fleur de peau
– Mal-être, spleen
– Soucis de sommeil et de concentration

Peut on fumer avec un patch ?

Continuer de fumer une cigarette tout en maintenant des taux continus de nicotine avec des substituts nicotiniques est désormais une mesure conseillée à certains fumeurs très dépendants qui ne peuvent pas imaginer encore « la vie sans cigarette ». Ceci permet de rassurer le fumeur qui est dans l’incapacité d’imaginer qu’il ne peut plus fumer.
Toutefois, on choisit plus les formes orales, qui permettent d’alterner cigarette et substitut.
Pour autant, on peut fumer en ayant un patch : cela peut être une stratégie pour diminuer puis arrêter de fumer.

On m’a dit que si on est cardiaque on ne peut pas porter de patch

C’est faux! Les substituts nicotiniques sont bien tolérés chez les patients coronariens, et ne provoquent pas d’aggravation de la maladie coronarienne ou de troubles du rythme. Les substituts nicotiniques sont recommandés chez les patients coronariens fumeurs. Ils peuvent être prescrits dès la sortie de l’unité de soins intensifs au décours immédiat d’une infarctus du myocarde. (AFSSAPS, mai 2003)

Sont-ils remboursés ?

Les substituts sont désormais remboursables à 65 % par l’Assurance maladie, comme d’autres médicaments, et bénéficient du tiers payant.

– Les patch NicoretteSkin tous dosages (16 heures)
– Les patch NicopatchLib (Nicopatch), tous dosages (24 heures)
– Les patch Niquitin tous dosages (24 heures)
– Les gommes à mâcher Nicotine EG
– Les Nicorette gommes à mâcher (boîtes de 105 gommes)
– Les boîtes de 96 pastilles Nicopass 1,5 mg et 2,5 mg
-Les comprimés Niquitin et Niquitinminis

La liste détaillée (cliquez sur le lien)

 

Aller plus loin sur l’espace Tabac

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir