Prévention du tabac en entreprise, enjeux de santé publique et levier de performance sociale et économique

Alors que le tabac reste la première cause de mortalité évitable en France et dans le monde, et que l’industrie du tabac (Big Tobacco) semble encore florissante, les ventes de cigarettes, de cigares, de tabac à rouler marquent une baisse continuelle et remarquée par de multiples études.  Qu’en est-il du tabagisme en France aujourd’hui ?

Selon l’observatoire Français des drogues et des tendances addictives, plus de 3 Français sur 10 déclarent fumer, ce qui représente 31,8 % des 18/75 ans en 2022. Un quart affirment fumer quotidiennement, soit 24,5 %, avec une prévalence du tabagisme quotidien supérieure chez les hommes (27,4 % contre 21,7 % pour les femmes).

Parmi les profils des fumeurs, une étude de Santé publique France, publiée en mai 2022, montre une tendance inégalitaire, notamment socio-économique. L’écart se creuse en effet entre les personnes non diplômées (30,8%) et celles ayant un diplôme inférieur au baccalauréat et/ou qui sont titulaires d’un diplôme supérieur post baccalauréat (16,8%). La crise sanitaire « a pu avoir un impact sur la consommation de tabac en elle-même : elle a davantage touché les populations les moins favorisées, et parmi elles la cigarette peut être perçue comme un outil de gestion du stress et des difficultés du quotidien », commente cette étude.

L’écart est aussi significatif entre les personnes sans emploi (39,9%) et les actifs (28%)*.

Les causes de l’addiction au tabac s’avèrent complexes et bien souvent multiples. En milieu professionnel, elles peuvent être générées ou renforcées selon les contextes de travail, le bien-être et la qualité de vie au sein de l’organisation (pénibilité, stress, pression managériale, exposition aux produits, anxiété, troubles musculo squelettiques…). Rappelons qu’un tiers des fumeurs réguliers déclarent augmenter leurs consommations en écho avec les problématiques directement liées à leurs situations professionnelles (source baromètre santé 2010 – INPES). Alors que la 8ème édition du Mois sans tabac se termine, la prévention du tabac dans le milieu professionnel reste plus que jamais une priorité tout au long de l’année, et ce, pour bon nombre d’entreprises en France.

Une démarche préventive qui doit se nourrir d’une communication explicite en interne comme en externe, d’une sensibilisation avec un apport régulier d’informations, d’outils, et venir s’appuyer sur l’engagement de multiples acteurs au cœur de l’organisation comme en dehors. Addict’AIDE Pro vous propose un rapide focus sur la prévention du tabac en milieu professionnel au terme de ce grand défi national.

De multiples actions et acteurs pour la prévention du tabac en France

Une opération nationale, de forts relais en régions

Relever le défi d’arrêter de fumer durant un mois, multiplie par 5 les chances de poursuivre cet arrêt au terme du mois écoulé. Voici le postulat de départ du Mois sans tabac, grand challenge national qui pour la 8ème année consécutive œuvre à renforcer la prévention du tabac en France. En 2023, ce sont plus de 157 000 Français qui se sont inscrits à cette opération initiée par Santé publique France, le ministère des Solidarités et de la Santé, en partenariat avec l’Assurance maladie. Désormais bien huilée, la mobilisation des acteurs de la prévention est forte et tisse sa toile vertueuse avec des relais organisés dans chaque région. Notons qu’en Auvergne Rhône-Alpes : l’IREPS (Institut Régional d’Éducation et de Promotion de la Santé) et l’Institut de tabacologie Auvergne Rhône-Alpes ont multiplié les webinaires orientés professionnels de santé, ainsi que les réunions d’informations ouvertes à tous.

Des associations qui œuvrent chaque jour à la prévention de l’arrêt du tabac en milieu professionnel

Je Ne Fume Plus !, groupe Facebook de 23 000 membres animé par sa fondatrice, Françoise Gaudel, soutenu par Addict’AIDE, intensifie ses actions durant ce mois sans tabac. Mais si les opérations de sensibilisation se renforcent chaque mois de novembre, c’est bien toute l’année que Je Ne Fume Plus ! agit, informe, soutient les personnes dans ce processus souvent complexe et parfois longs de l’arrêt du tabac. Ce groupe, fondé il y a 10 ans, agit selon 3 fondamentaux : donner accès à un maximum d’informations en continu, créer du lien social pour ne plus se sentir seul, offrir un espace de paroles sécurisé et rassurant en proposant des partages entre pairs, professionnels de santé et patients experts addictions.

Je Ne Fume Plus ! c’est aussi une association en France qui forme à la prévention via son université en ligne (formations de professionnels de santé autour du tabagisme), et qui accompagne les entreprises dans leurs démarches préventives en milieu professionnel.

A la demande des entreprises, l’association met en place des actions spécifiques, in situ, via l’installation de stands favorisant la sensibilisation et le suivi autour de l’arrêt du tabac : apport d’informations et de réponses ciblées, mesures au Co2 testeur, distribution de patchs, de gommes, de petites vapes si besoin, de liquides. L’association peut également se charger de la formation des médecins et infirmiers du travail, habilités à  prescrire des substituts et à accompagner l’aide au sevrage…

« Chez Fleury Michon que nous avons accompagné en 2022, 62 collaborateurs ont réussi à arrêter de fumer » souligne Françoise Gaudel, tabacologue, psychologue, qui se réjouit de chaque réussite, mais qui reste aussi consciente que les actions menées par les multiples acteurs de la prévention en entreprises doivent se poursuivre et se multiplier pour optimiser les effets positifs de cette prévention.

La prévention du tabac en entreprise, l’engagement de multiples acteurs

L’usage de substances psychoactives (et plus spécifiquement du tabac) par les salariés en entreprise et les agents de la fonction publique n’est pas un phénomène nouveau. Si l’écosystème professionnel n’est pas épargné par la consommation de drogues, des enquêtes montrent que l’emploi constitue, d’une manière générale, un facteur protecteur face aux addictions.

Cependant une grande diversité de situations demeure et selon les facteurs de risque propre à chaque métier et organisation, les démarches préventives mises en œuvre ou pas au sein de l’organisation, les catégories socio-professionnelle, le genre, l’âge des collaborateurs, les risques d’initier ou de renforcer sa consommation de tabac sont plus ou moins forts en milieu professionnel.

Mobiliser autour de la prévention du tabac en entreprise pendant le Mois sans tabac peut constituer le premier palier d’une démarche préventive sur la durée qui trouve appui sur une communication continue et l’implication de multiples parties prenantes, à l’intérieur et en dehors de l’organisation. En interne, il s’agit de la direction, mais aussi de l’encadrement, des représentants du personnel, des médecins et infirmiers du travail et bien entendu des collaborateurs. En externe, il s’agit des associations, des patients experts addictions et des professionnels de santé (addictologues, tabacologues, psychologues). Chacun de ces acteurs, directement ou de façon concertée, tient un rôle crucial et stratégique dans une prévention du tabac plus efficiente et durable.

Addict’AIDE Pro, dont la démarche s’inscrit dans une mission d’intérêt général de prévention et de lutte contre les addictions, accompagne ces acteurs dans leur actions préventives en faveur de l’arrêt du tabac.

Retour