Tabac - Questions fréquentes

Questions sur les substituts tabagiques

  • Comment savoir si on est en surdosage?

    Le surdosage est rare, très rare même, c’est le sous dosage qui est très fréquent.

    Les symptômes d’un surdosage: Sensation de dégout, Maux de tête, Vertiges, Accélération du rythme cardiaque, Nausées, Diarrhées, Bouche pâteuse

  • Peut on fumer avec un patch?

    Continuer de fumer une cigarette tout en maintenant des taux continus de nicotine avec des substituts nicotiniques est désormais une mesure conseillée à certains fumeurs très dépendants qui ne peuvent pas imaginer encore « la vie sans cigarette ». Ceci permet de rassurer le fumeur qui est dans l’incapacité d’imaginer qu’il ne peut plus fumer.
    Toutefois, on choisit plus les formes orales, qui permettent d’alterner clope et substitut.
    Pour autant, on peut fumer un peu en ayant un patch, en faisant bien attention à vraiment ne pas fumer beaucoup, ça peut être une stratégie pour arrêter de fumer.

  • Peut on associer patch et autres substituts?

    Oui, il est possible d’utiliser en même temps plusieurs types de substituts, comme gommes/pastilles et patch ou patchs et inhalateurs, patch et e cig. Cette association peut permettre de mieux “contrôler” le dosage de nicotine.

  • Peut-on couper les patchs ?

    Oui, sans souci. Sauf ceux de la marque Niquitin, tous les autres se coupent comme on le souhaite. Dans ce cas là, le morceau de patch collé doit être maintenu avec un sparadrap large bande hypoallergénique (en pharmacie ou en para), qui couvre tout le patch, et ne laisse pas la nicotine s’échapper.
    Le bout restant, vous le remettez tout de suite dans l’emballage, et vous fermez hermétiquement cet emballage avec du scotch.
    Si vous coupez un petit bout de votre patch, et que vous vous collez le patch sans sparadrap qui “bouche le trou sans colle”, et bien, toute la nicotine s’évapore par là, et c’est comme si vous ne portiez rien, rien du tout!

  • Comment diminuer les patchs ?

    Tout doucement, par paliers, en prenant le temps d’assoir chacun des paliers. On y va tranquille, en coupant un petit bout, par exemple.
    Le secret, c’est de prendre son temps, vraiment

  • Quels patchs choisir? 16H ou 24H ?

    —Si vous avez des soucis de sommeil, si vous enlevez votre patch le soir, si vous sentez que vous avez besoin de plus d’aide dans la journée, portez des patch 16 heures: on le pose le matin, on l’enlève le soir.

    Au besoin le matin, on prend un substitut oral en attendant que le patch fasse effet
    —– Si vous dormez bien, si vous avez peur d’avoir envie de fumer, si le fait de garder un patch la nuit ne vous gêne pas, prenez du 24 heures, et remplacez le matin après la douche le patch de la veille.

    —- Ne commettez pas l’erreur de prendre des patch 24 heures et de les enlever le soir, ils ne diffusent que la moitié de la nicotine prévue, et ne sont pas faits pour être enlevés la nuit, ce n’est pas le même mode de diffusion que les 16 heures.

  • Combien de temps le patch met à agir?

    Entre 30 minutes (pour les 16 heures) et presque une heure (pour les 24h). Un patch reste actif une petite heure après qu’on l’ait enlevé.

Questions juridiques sur le tabac

  • Existe-t-il des mesures pour empêcher les mineurs de fumer du tabac ?

    OUI. La loi du 21 juillet 2009 interdit de vendre ou d’offrir gratuitement, dans les débits de tabac et tous commerces ou lieux publics, des produits du tabac ainsi que du papier à rouler à des mineurs de moins de dix-huit ans sous peine de l’amende prévue pour les contraventions de la 2e classe. Il est également interdit de fumer dans les lieux qui accueillent des mineurs (centres sportifs ou culturels) et dans l’enceinte des établissements scolaires, y compris les cours de récréation. Les chefs d’établissements doivent veiller au respect de ces interdictions et les fumeurs qui ne respecteraient pas cette interdiction sont passibles d’une amende de 450 euros.

  • Un non-fumeur peut-il exiger d’un fumeur qu’il éteigne sa cigarette ?

    OUI, dans les lieux publics. Il est interdit de fumer dans les lieux affectés à un usage collectif, notamment scolaire, et dans les moyens de transport collectif (article L.3511-7 et articles R.3511-1 à R.3511-8 du code de la santé publique). Cette interdiction est effective depuis le 1er janvier 2007, pour : Tous les lieux fermés et couverts qui accueillent du public ou qui constituent des lieux de travail ; Les moyens de transport collectif ; Les espaces non couvertslh des écoles, collèges et lycées publics et privés, ainsi que des établissements destinés à l’accueil, à la formation ou à l’hébergement des mineurs. Elle s’applique depuis le 1er janvier 2008 à tous les autres lieux publics : débits permanents de boissons à consommer sur place, casinos, cercles de jeu, débits de tabac, discothèques, hôtels et restaurants. Cette interdiction ne s’applique pas dans les emplacements mis à la disposition des fumeurs et dans lesquels aucune prestation de service ne peut être délivrée. L’air doit y être renouvelé, en l’absence de tout occupant, pendant au moins une heure avant que les tâches d’entretien et de maintenance puissent y être exécutées. Il est interdit d’installer un fumoir dans les lieux d’enseignement, les centres de formation ou d’accueil de mineurs et dans les établissements de santé.

  • La publicité en faveur du tabac est-elle interdite ?

    OUI. Le Code de la santé Publique interdit toute publicité directe ou indirecte en faveur du tabac ainsi que tout financement d’événements sportifs ou culturels par des fabricants de tabac. La peine encourue est une amende de 100 000 euros qui peut être portée à la moitié du montant des dépenses consacrées à la publicité interdite. En cas de récidive, le tribunal peut en outre interdire durant un à cinq ans la vente des produits qui ont bénéficié de cette publicité.

Questions sur le vapotage

  • test question vape

    jhjhjhj jkjk