Aller sur le site Addict'Aide grand public
Retour sur le lieu de travail :  comment détecter des conduites addictives et aider les collaborateurs ?

Les personnes souffrant d’une addiction n’ont hélas pas été épargnées par la situation que nous venons de vivre. L’angoisse et le stress ont pu être une raison d’augmenter ses consommations, voire de reprendre après un arrêt, tant le confinement a été éprouvant aussi bien physiquement que mentalement pour beaucoup d’entre nous.

Nous revenons ici sur les points principaux qui ont pu être relevés.

Comment le confinement a impacté les consommations ?

Selon une étude de Santé Publique France, environ un quart des fumeurs a augmenté sa consommation durant le confinement. Quant à l’alcool, les hausses de consommation ont touché 11% des buveurs. Les raisons évoquées sont les suivantes : l’alcool et le tabac sont utilisés pour lutter contre l’anxiété et certains s’en servent aussi pour avoir l’illusion de faire la fête avec leurs amis via les apéros en ligne. Les addictions comportementales ne sont également pas en reste, on a notamment constaté une hausse de la pratique des jeux d’argent en ligne, le poker en particulier et de l’usage des écrans qui deviennent le moyen par excellence de tromper l’ennui et de rester en contact avec ses proches.

Le télétravail a pu augmenter le risque d’addiction

Le confinement a aussi obligé le monde professionnel à s’adapter à la situation et de nombreux salariés ont dû travailler de leur domicile via le télétravail sans y être préparés. Une pratique qui, selon cet article de Stratégies, pourrait augmenter le risque de conduites addictives. En effet, le télétravail prolongé peut engendrer un dérèglement des rythmes de vie et du sommeil ce qui peut inciter à la consommation de produits. L’absence d’encadrement des salariés peut aussi encourager une consommation plus importante. Pour éviter ces situations, les salariés peuvent essayer de repérer les moments, pensées ou sentiments liés à l’envie de consommer et une fois identifiés tenter de les remplacer par d’autres activités (sport, activité culturelle) ou en parler avec des proches ou avec un professionnel.

Je suis RH ou Manager, comment gérer le retour dans l’entreprise d’une personne qui surconsomme ?

En tant que responsable ressources humaines ou manager, il est important d’être attentifs aux collaborateurs à risque afin de faciliter leur retour sur le lieu de travail. L’accompagnement doit être bienveillant si on veut les aider à garder le contrôle sur leur consommation. L’usage de substances psychoactives est en effet responsable de 15 à 20 % des accidents du travail, de l’absentéisme ou des conflits interpersonnels. Mettre en place des actions de prévention et s’enquérir de la santé de ses collaborateurs est très important pour conserver ou améliorer la relation avec eux et, évidemment, elle est clé aussi pour maintenir les performances de l’entreprise. Si la conduite d’un collaborateur vous semble à risque, vous pouvez organiser un entretien avec lui. Vous pourrez ainsi aborder les points qui vous inquiètent, rappeler le règlement intérieur de l’entreprise sans le discriminer et l’écouter sur les difficultés qu’il rencontre. Le contenu de l’entretien peut être notifié par écrit et il faudra éventuellement orienter votre collaborateur vers le service de santé au travail, le cas échéant.

Les conseils de Corinne Dano médecin du travail et addictologue au Chu d’Angers

Dans ce contexte, il faut être attentif à l’adaptation de chaque salarié dans le cadre de son retour sur le lieu de travail. Cela passe par une équipe d’encadrement de proximité particulièrement vigilante et disponible à la fois sur le plan collectif (proposition de débriefing régulier, échanges autour des bonnes pratiques et ajustement si nécessaire du poste, de l’équipe etc..). Sur le plan individuel des signes évocateurs doivent alerter : plainte du salarié à propos de ses collègues ou de la nouvelle organisation, incident/accident causé par le salarié, absentéisme et retard ou encore comportement inadapté : ralentissement, irritabilité, trouble de la gestion des émotions… N’hésitez pas à proposer à vos salariés lors de la reprise un bilan avec le médecin du travail pour faire un point à la fois sur le confinement et la reprise.

Voici quelques signes de modification du comportement qui pourraient induire une conduite addictive :

  • Concentration, mémoire et attention en baisse
  • Efficacité diminuée
  • Horaires à rallonge pour tenter de compenser
  • Fatigue chronique
  • Vacances et repos peu efficaces
  • Préoccupations permanentes liées au travail
  • Humeur changeante
  • Irritabilité
  • Pleurs ou accès de colère
  • Sentiment de solitude et isolement
  • Maux de tête/dos, palpitations, appétit variable
  • Perte de sens
  • Comportements à risque (imprudences)
  • Cynisme, détachement émotionnel

 

Attention ! Ces signes ne sont pas forcément synonymes de conduite addictive mais ils doivent vous alerter tout de même, n’hésitez pas à en parler au médecin du travail.

 

Rappel des principales lignes d’écoutes addiction pour orienter vos collaborateurs :

Alcool info service : 0 980 980 930, tous les jours de 8h à 2h – Appel non surtaxé
Information, soutien, conseil et orientation pour les personnes en difficulté avec l’alcool et pour leurs proches.
https://www.alcool-info-service.fr

Drogues info service : 0 800 23 13 13, tous les jours de 8h à 2h – Appel et service gratuits
Information, soutien, conseil et orientation pour les personnes en difficulté avec l’usage de drogues et pour leurs proches.
https://www.drogues-info-service.fr/

Ecoute cannabis : 0 980 980 940, tous les jours de 8h à 2h – Appel non surtaxé
Information, soutien, conseil et orientation pour les personnes en difficulté avec l’usage de cannabis et pour leurs proches.
https://www.drogues-info-service.fr/

Joueurs info service : 09 74 75 13 13, tous les jours de 8h à 2h – Appel non surtaxé
Information, soutien, conseil et orientation pour les personnes en difficulté avec leur pratique de jeux et pour leurs proches.
https://www.joueurs-info-service.fr/

Tabac info service : 3989, du lundi au samedi de 10h à 18h – Coût d’une communication locale Information, conseil et aide à l’arrêt du tabac. Service de coaching personnalisé par Internet.
https://www.tabac-info-service.fr/

Retour

Dans la même catégorie