» retour

Baclofène : le Conseil d’Etat appelé à se prononcer

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a-t-elle fait preuve d’un excès de prudence en limitant en juillet 2017 la dose maximale de baclofène qu’un médecin peut prescrire dans le traitement de l’alcoolisme ? Saisi par une patiente qui estimait que cette décision avait de fait interrompu le recours à ce médicament, c’est la question qu’a examinée, mercredi 2 mai, le Conseil d’Etat, la plus haute juridiction administrative française.

Commercialisé à l’origine comme relaxant musculaire pour les personnes atteintes notamment de sclérose en plaque, le baclofène a permis ces dernières années, grâce une utilisation détournée, de spectaculaires sorties de graves addictions à l’alcool. Aujourd’hui, selon Thomas Maës-Martin, époux de la requérante et fondateur du collectif Baclohelp, présent à l’audience mercredi, près de 40 000 personnes suivraient un traitement en France, dont 4 000 avec des doses supérieures à 150 mg/j.

Si l’ANSM avait décidé de plafonner à 80 mg/j, contre 300 mg précédemment, la posologie du baclofène dans le cadre de sa recommandation temporaire d’utilisation (RTU), c’est au vu d’une étude de l’Assurance-maladie, selon laquelle ce médicament utilisé à fortes doses (plus de 180 mg par jour) faisait plus que doubler le risque de décès par rapport aux autres médicaments contre l’alcoolisme et accroissait de 50 % le risque d’hospitalisation.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Edito

Plan de prévention alcool : choisir entre Bacchus et Hippocrate

Les filières des boissons alcoolisées viennent de remettre son plan de prévention à l’Elysée. Ils y disposent d’un relais important en la personne d’Audrey Bourolleau (ex : directrice générale du lobby « Vin & Société »). On aurait pu espérer qu’une prise de conscience des dommages liés à l’alcool les aurait amenés à proposer des mesures efficaces, mais comme on va le voir, le résultat laisse à désirer.


Le 05 Juin 18