Le monde du travail

ALCOOL / Boire et déboires…

Faire la fête est un moment privilégié riche en émotions et en partage. Il existe différents types de fêtes, et différentes façons de vivre et de concevoir la fête. Lorsqu'on est adolescent, les fêtes les plus excitantes et les plus attirantes sont certainement les fêtes entre amis, c'est-à-dire ces réunions festives auxquelles on participe entre garçons et filles de la même génération.

Alcool
Addiction Alcool - ALCOOL / Boire et déboires…
Faire la fête est un moment privilégié riche en émotions et en partage. Il existe différents types de fêtes, et différentes façons de vivre et de concevoir la fête.
Lorsqu’on est adolescent, les fêtes les plus excitantes et les plus attirantes sont certainement les fêtes entre amis, c’est-à-dire ces réunions festives auxquelles on participe entre garçons et filles de la même génération. La fête c’est peut-être avant tout la joie d’être tous ensembles réunis (sans les parents de préférence!?).

Mais qu’attend-on d’une fête exactement?
Cela peut être vraiment variable selon les personnes et les circonstances. On aimerait s’amuser, s’éclater, vivre des nouvelles émotions et sensations. On aimerait « se lâcher », rigoler, parler, délirer. C’est l’effusion, l’abondance, la profusion. On aimerait vivre des choses que l’on ne peut vivre en famille ou au travail. Cela peut parfois amener à prendre des risques, ou en d’autres termes à consommer des substances comme l’alcool ou le cannabis pour ne citer que les plus répandues.

La fête et l’alcool

Qu’il s’agisse d’une fête de famille ou de soirées entre copains, vous aurez certainement remarqué que ces moments privilégiés sont souvent bien arrosés. Il est traditionnellement d’usage, du moins pour le cas de la France, d’agrémenter ces bons moments de boissons alcoolisées. Pensez par exemple à l’incontournable bouteille de champagne liant indiscutablement fête et alcool.
Avec l’alcool, on n’est déjà plus tout à fait la même personne. L’alcool amène une certaine désinhibition, on est alors moins coincé, moins timide, on va plus facilement à la rencontre des autres. L’alcool peut aussi rendre joyeux, on rigole alors pour un oui ou pour un non. Cela nous change de notre état ordinaire et procure ainsi de nouvelles sensations.
Mais attention, ça c’est le bon côté de la médaille, celui où l’alcool procure du plaisir et ne devient pas dangereux. Malheureusement le revers de la médaille peut dans de trop nombreux cas se révéler nocif voire mortel.

Les risques liés à la consommation d’alcool et de drogues pendant les fêtes :

– Les risques liés aux produits eux-mêmes

Comme vous devez le savoir, on ne boit pas de l’alcool de la même façon que l’on boirait de l’eau. Si l’on boit de l’alcool trop vite et en trop grande quantité, on risque fort de passer le reste de la soirée à vomir dans (ou à côté) des toilettes, ou pire encore, de finir dans le service de réanimation de l’hôpital le plus proche, suite à un coma éthylique. L’alcool est donc une substance potentiellement toxique, à consommer avec modération, et pouvant à plus long terme amener à une dépendance nommée alcoolisme.
De plus une drogue peut en appeler une autre, attention à ne pas accepter tout et n’importe quoi de ce que l’on vous propose. Si l’alcool est dangereux, d’autres drogues peuvent l’être plus encore (ecstasy, cocaïne, souvent qualifiées de drogues festives). Les avertissements concernant l’alcool dans cet article peuvent bien sûr s’appliquer à ces autres substances psychoactives.

– Les risques liés aux effets de l’alcool dans un environnement festif

L’alcool stimule, désinhibe, et modifie notre perception et notre jugement. Il peut nous arriver de faire des choses que nous n’aurions jamais faites si nous n’avions pas été sous l’emprise de l’alcool : danser le french cancan sur les tables ou chanter des chansons paillardes. Dans ce cas là le danger est plus de s’afficher le soir et de ressentir une certaine honte le lendemain matin.
Dans d’autres cas plus graves, l’alcool peut modifier la perception des risques que l’on encourt : Désinhibé, joyeux et inconscient, on peut facilement avoir des rapports sexuels non-protégés ou conduire une voiture en état d’ébriété. On peut aussi rentrer chez soi en scooter à fond la caisse parce que c’est marrant, ça peut nous procurer des sensations fortes. Mais n’oubliez pas : Baisse des facultés de la vision, de l’attention, de la concentration + modications des réflexes psychomoteurs + vitesse = Accident grave plus que probable (perte de la vie, d’un bras, d’une jambe ou autre…)

L’alcool peut aussi rendre certaines personnes agressives. On s’énerve vite et on arrive plus à contenir notre violence et notre impulsivité. Les fêtes entre copains peuvent alors dégénérer en bagarre générale.
En ce qui concerne les comportements sexuels, dans le cas des jeunes adolescents (et adolescentes) plein d’hormones et de désirs, l’alcool peut leur faire prendre des risques. En temps normal nous freinons nos envies, nous nous respectons. Sous l’effet de l’alcool, les interdits tombent, on se laisse aller, on se laisse embarquer, on peut avoir un rapport sexuel avec un(e) charmant inconnu(e) et oublier de mettre un préservatif. Les risques encourus sont : gossesse + SIDA + infections sexuellement transmissibles.

Comment peut-on profiter des plaisirs de la fête sans déraper et se nuire à soi-même, ou la nécessité de connaître les risques et de se poser des limites.
Il est important de savoir ce que l’on veut et surtout ce que l’on ne veut pas. Adolescent, on ne sait pas toujours bien comment assouvir ses désirs et se préserver en même temps. On ne connait pas toutes nos limites, elles restent à poser.

Grandir c’est aussi prendre des risques, on ne peut pas tous les éviter, mais on peut petit à petit mieux les connaître et apprendre à les réduire du mieux possible.

Lire la suite

En savoir plus

À lire aussi