» retour

Alcool, cannabis, conduites addictives : quelles sont les positions des candidat-e-s à la présidentielle ?

A l’occasion de l’élection présidentielle 2017, l’ANPAA soumet à l’ensemble des candidat-e-s 5 propositions pour faire de la prévention et des soins en matière de conduites addictives une priorité du prochain quinquennat :

 

 

1. Prévenir les risques et réduire les dommages liés aux conduites addictives : une priorité de santé publique

2. Organiser un débat public sur la légalisation du cannabis

3. Réduire la consommation d’alcool chez les jeunes

4. Assurer l’information des consommateurs sur les boissons alcoolisées

5. Renforcer la prévention et l’éducation à la santé à tous les âges

 

La consommation de drogues, licites et illicites, est à l’origine, chaque année en France, de près de 130.000 décès prématurés, dont 79.000 liés au tabac, 49.000 à l’alcool et 1 600 aux drogues illicites.

 

Cette hécatombe a un coût pour la société estimé à près de 249 milliards d’euros par an, entre la prise en charge des soins, le coût de la répression, la perte de productivité ou encore la valeur des vies humaines perdues. Il est dès lors urgent d’agir !

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Bénéfices du baclofène dans l’addiction à l’alcool avec maladie alcoolique du foie : résultats concluants d’un nouvel essai thérapeutique

La prescription de baclofène dans le trouble de l’usage d’alcool a fait l’objet de débats animés entre la communauté scientifique et addictologique et d’une manière plus générale d’un débat dans la société actuelle. Faisant suite aux essais français démontrant l’intérêt du baclofène pour réduire les consommations d’alcool chez des patients dépendants, il était nécessaire d’avoir des données issus d’autres pays et testant ce traitement dans d’autres populations cliniques afin d’alimenter le débat.


Le 11 Juin 18
Article scientifique

Efficacité du sodium oxybate (GHB) chez les personnes alcoolodépendantes avec un niveau de consommation à très haut risque

Les traitements déjà existants pour traiter la dépendance à l'alcool sont seulement modérément efficaces avec de nombreux patients ne bénéficiant pas réellement de cette thérapie. Il y a donc un besoin pressant de développer d'autres traitements efficaces avec un mécanisme d'action différent spécialement pour les patients avec un fort risque de rechute.


Le 23 Juil 18