» retour

ALCOOL / Et si les vendeurs d’alcool étaient les grands bénéficiaires de la voiture autonome?

Boire ou conduire, il faut choisir. Mais peut-être plus pour longtemps. C’est du moins l’analyse que fait la banque Morgan Stanley qui prédit un avenir radieux aux fabricants et vendeurs de boissons alcoolisées. Elle estime en effet que sur les dix prochaines années, les ventes d’alcool pourraient grimper de 80% dans le monde. Et ce alors que la consommation mondiale tend à se contracter depuis quelques années avec notamment un recul de 1,3% du marché des boissons alcoolisées en 2016.

Sauf qu’une technologie nouvelle devrait arriver massivement ces prochaines années et elle pourrait changer notre rapport à l’alcool: la voiture autonome. “Les véhicules autonomes et en partage pourraient étendre le marché potentiel des boissons alcoolisées en réduisant le risque d’accidents et de mourir sur la route”, estime Adam Jonas, analyste chez Morgan Stanley dans une note.

Le raisonnement est simple: le fait de ne plus avoir à conduire soi-même pour rentrer de soirée devrait désinhiber les consommateurs d’alcool. “Cela devrait avoir une influence sur les ventes d’alcool en magasin ainsi que dans les restaurants, anticipe Adam Jonas. Il va y avoir de vraies opportunités de croissance pour les firmes qui produisent de l’alcool et les magasins, notamment sur les bières et les alcools haut de gamme.”

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Impact de la rechute sur le greffon et la survie des patients transplantés hépatiques pour une cirrhose d’origine alcoolique

La cirrhose alcoolique est une indication courante de transplantation hépatique (TH) et représente environ 15 à 40 % de toutes les greffes de foie. La survie du patient et l’état du greffon à 5 ans après TH pour une cirrhose d’origine alcoolique ont été retrouvés similaires que dans d’autres indications de transplantation, et meilleurs que pour les patients transplantés suite à une hépatite C.


Le 12 Mar 18
Article scientifique

Prise en charge de l’addiction à l’alcool : quel est l’avis des patients ?

La relation médecin – malade a évolué au fur et à mesure du temps en fonction des évolutions sociétales. Initialement basée sur un modèle paternaliste dans lequel le patient fait confiance et se conforme à ce que le corps médical/soignant peut lui apporter comme informations, elle est désormais basée sur un modèle autonomiste qui laisse plus de place à l’autonomie du patient...


Le 11 Juin 18