» retour

Résultats du sondage Global Drug Survey 2016

global drug survey

 

 

 

 

 

Après avoir interrogé près de 100 000 personnes à travers le monde, les résultats du plus grand sondage sur la consommation de drogues ont été publiés. Ce sondage est répété chaque année et permet d’avoir une bonne perception des consommateurs ; ce n’est pas une étude épidémiologique.

On y apprend notamment que :

  • 1/3 des buveurs souhaiterait boire moins d’alcool au cours de l’année qui vient, mais seulement 10% voudraient être aidés pour diminuer leur consommation
  • près de 10% des participants ont déjà acheté des drogues sur le darknet, un chiffre en augmentation
  • le cannabis synthétique, aux effets plus rapides et plus puissants, entraîne une tolérance et une dépendance plus forte que le cannabis naturel, et amène à plus d’hospitalisations que toutes les autres drogues. Son utilisation comporte notamment un risque 30 fois plus élevé de nécessiter un traitement médical d’urgence, comparé à une consommation de cannabis naturel
  • il y a une augmentation de la consommation de la cocaïne et de MDMA. Cette dernière n’a jamais été aussi forte, ce qui conduit les auteurs de l’étude à affirmer que 2016 est “la pire période de cette génération pour prendre de la MDMA“. Le rapport souligne qu’il n’a jamais été aussi facile de prendre une dose trop importante.

Accéder au rapport Global Drug Survey

 

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

ALCOOL / Football, alcool et publicité: des politiques préparent la rentrée des grands alcooliers

L’information est contenue dans un rapport que Le Parisien/Aujourd’hui en France (Ronan Folgoas) a pu consulter. Ce document est l’œuvre de trois sénateurs : Dominique Bailly (PS, Nord), Jean-Jacques Lozach (PS, Creuse) et Claude Kern (UDI, Bas-Rhin). Un point les réunit : ils sont partisan d’une modification de la loi Evin de manière autoriser la vente d’alcool dans les stades.


Le 17 Mar 17
Vidéo

L’alcool a brisé ma famille – Les Jours d’après de 7 à la Une

La consommation d’alcool est l’une des plus importantes causes de mortalité en Belgique. Pour ceux qui ont échappé au pire et ont frôlé l'irréversible, sortir de l'alcoolisme est extrêmement difficile. Et pourtant, c’est possible. En témoigne Nathalie, qui n’a pas bu une goutte d’alcool depuis trois ans, alors qu’elle consommait avant cela trois bouteilles de vodka par jour. C’est une véritable guerre qu’elle a mené pour se détacher de son addiction, qui aujourd’hui a porté ses fruits.


Le 06 Fév 17