» retour

Addictions : la neurostimulation électrique, un nouveau traitement efficace ?

Cinq à six verres de whiskey par jour : c’est ce que boit cet homme depuis dix ans. Il a tout essayé pour se défaire de son addiction, en vain. Il va donc tenter un traitement expérimental au CHU de Nantes (Loire-Atlantique) avec ce bonnet à électrodes. Aujourd’hui, c’est une séance d’essayage.

Des résultats impressionnants

Pour lutter contre la dépendance, ici, on pratique la TDCS, ou stimulation électrique transcrânienne. Les électrodes ne sont pas implantées dans le crâne, mais posées en surface. Le courant électrique est envoyé sur les zones du cortex préfrontal, la zone des addictions. Un courant très faible, un à deux milliampères, mais suffisant pour modifier l’activité électrique des neurones défaillants.

Pour plus d’infos sur le sujet, voir l’interview du Professeur Reynaud

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

ADDICTIONS COMPORTEMENTALES / Le calcul de seuils pour définir un « usage à faible risque » de jeux de hasard et d’argent

L’usage d’alcool fait habituellement l’objet de recommandations de santé publique, qui visent à proposer des seuils maximum d’usage. Ces seuils séparent ce que l’on appelle classiquement l’usage « à risque » de l’usage dit « simple » d’alcool. Les anglo-saxons préfèrent parler d’un « usage à faible risque », sur la base du fait que des consommations même très faibles d’alcool entrainent un sur-risque épidémiologique faible mais constant pour la survenue de certains cancers.


Le 03 Juil 17