» retour

ALCOOL / 90% du chiffre d’affaire des alcooliers se fait sur les consommations excessives !

La connaissance de la distribution des quantités d’alcool consommées par les français permet de comprendre immédiatement pourquoi l’industrie de l’alcool (vins et spiritueux) a un besoin vital d’entretenir les consommations excessives. La courbe ci-dessous, établie par l’OFDT  et Santé Publique France en 2014, met en évidence que :

  • 8% de la population consomme 49% de l’alcool commercialisé
  • 20% de la population consomme 75% de l’alcool commercialisé
  • 33% de la population consomme 90% de l’alcool commercialisé

 

Courbe originelle définitive

 

On ne peut que faire le rapprochement avec le fait que 8% des français sont évalués comme dépendants à l’alcool ou ayant un usage problématique leur causant divers dommages et que 25% d’entre eux ont des consommations excessives, susceptibles d’entraîner les dommages sanitaires et sociaux bien connus (OFDT).

 

L’infographie ci-dessous illustre l’interaction entre la consommation et les dommages :

 

 infographie finale - Copie-compressed

  • Les addicts représentent 8% des buveurs et consomment 50% de l’alcool commercialisé.
  • Les consommateurs à risque représentent 25% des buveurs et consomment 40% de l’alcool commercialisé.
  • Alors que parallèlement, les deux tiers des français ne consomment que 10% de l’alcool commercialisé.

Les quantités globales consommées dans ces populations, représentent en moyenne 7,5 verres standard par jour; dont 60% de vin.

Ainsi donc, les bénéfices de l’industrie alcoolière se concentrent à 90% sur les populations ayant un problème avec l’alcool ou sur des consommations excessives susceptibles d’en engendrer un.

Michel Reynaud (F2A), Bernard Basset et Alain Rigaud (ANPAA)

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

ALCOOL / Le lobby alcoolier vient-il aujourd’hui d’entrer en majesté dans le Palais de l’Elysée ?

Est-ce une simple conseillère affûtée ou le lobby alcoolier qui fait une entrée en majesté à l’Elysée ? Sommes-nous confronté à un conflit majeur d’intérêts face auquel la ministre de la Santé (et des Solidarités) apparaît comme désarmée ? Toujours est-il qu’Audrey Bourolleau, 37 ans, a été nommée, lundi 22 mai, « conseillère agriculture, pêche, forêt et développement rural » auprès du président de la République.


Le 26 Mai 17