» retour

ALCOOL / 90% du chiffre d’affaire des alcooliers se fait sur les consommations excessives !

La connaissance de la distribution des quantités d’alcool consommées par les français permet de comprendre immédiatement pourquoi l’industrie de l’alcool (vins et spiritueux) a un besoin vital d’entretenir les consommations excessives. La courbe ci-dessous, établie par l’OFDT  et Santé Publique France en 2014, met en évidence que :

  • 8% de la population consomme 49% de l’alcool commercialisé
  • 20% de la population consomme 75% de l’alcool commercialisé
  • 33% de la population consomme 90% de l’alcool commercialisé

 

Courbe originelle définitive

 

On ne peut que faire le rapprochement avec le fait que 8% des français sont évalués comme dépendants à l’alcool ou ayant un usage problématique leur causant divers dommages et que 25% d’entre eux ont des consommations excessives, susceptibles d’entraîner les dommages sanitaires et sociaux bien connus (OFDT).

 

L’infographie ci-dessous illustre l’interaction entre la consommation et les dommages :

 

 infographie finale - Copie-compressed

  • Les addicts représentent 8% des buveurs et consomment 50% de l’alcool commercialisé.
  • Les consommateurs à risque représentent 25% des buveurs et consomment 40% de l’alcool commercialisé.
  • Alors que parallèlement, les deux tiers des français ne consomment que 10% de l’alcool commercialisé.

Les quantités globales consommées dans ces populations, représentent en moyenne 7,5 verres standard par jour; dont 60% de vin.

Ainsi donc, les bénéfices de l’industrie alcoolière se concentrent à 90% sur les populations ayant un problème avec l’alcool ou sur des consommations excessives susceptibles d’en engendrer un.

Michel Reynaud (F2A), Bernard Basset et Alain Rigaud (ANPAA)

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article

ALCOOL / De quoi meurent les personnes souffrant de troubles mentaux

De nombreuses études ont mis en évidence une surmortalité des personnes souffrant de troubles mentaux (TM), quelle que soit la nature de ces troubles. Dans cette étude, le Bulletin épidémiologique hebdomadaire explore les causes initiatles (CI) des décès associés à l’existence de troubles mentaux (TM), mais également les causes associées. Un travail qui souligne l'importance de prendre soin de la santé physique des patients, et la nécessité de développer des actions de prévention notamment dui suicide, mais aussi des risques cardiovasculaire, respiratoire et métabolique.


Le 25 Oct 17