Portail Milieu Professionnel

Alcool et cancer : une reconnaissance supplémentaire de cet enjeu majeur de santé publique

L’importante Société Américaine d’Oncologie Clinique (ASCO), qui officialise pour la première fois l’importance de l’alcool en tant que facteur causal de nombreux cancers.

Alcool
Addiction Alcool - Alcool et cancer : une reconnaissance supplémentaire de cet enjeu majeur de santé publique

Les éditos de fin d’année du Lancet font la part belle à l’addictologie !

Après avoir évoqué les risques et les enjeux plus que controversés de la fondation « anti-tabac » de Philip Morris dans son précédent édito, le Lancet souligne dans cet édito de novembre la sortie des recommandations de l’importante Société Américaine d’Oncologie Clinique (ASCO), qui officialise pour la première fois l’importance de l’alcool en tant que facteur causal de nombreux cancers.

 

Si ces données scientifiques ne sont pas nouvelles, il faut souligner que c’est la première fois que cette (importante) société (qui rassemble les cliniciens tels que des oncologues/cancérologues, radiothérapeutes et hémato-oncologues) met en avant l’importance majeure de l’alcool dans le développement de nombreux cancers. Cette reconnaissance survient exactement 30 ans après les recommandations du groupe de travail de l’Agence internationale pour la recherche sur le cancer qui avait déjà souligné le rôle carcinogène de l’alcool.

 

Outre ses effets délétères sur de nombreux autres organes et fonctions, l’alcool est en effet un facteur de risque directement impliqué dans les cancers de la sphère ORL (cavité orale, pharynx, larynx, œsophage), de colon, du foie et du cancer du sein chez la femme. L’association est également démontrée pour de nombreux autres cancers, mais l’impact directement causal de l’alcool sur ces autres cancers reste encore à valider.

 

Soulignons ainsi la volonté du Lancet de mettre au centre du débat un problème de santé publique majeure, puisque la consommation régulière d’alcool concerne environ 2 Milliards d’individus dans le monde, l’Europe étant d’ailleurs la région la plus fortement touchée par cette consommation et par ses dommages. Selon l’étude du Global Burden of Disease de 2016, l’alcool est la 7ème cause de décès dans le monde (5,2% du pourcentage total des décès, soit 1 décès sur 20) et la 7ème cause de diminution d’espérance de vie en bonne santé (4,2% du pourcentage total). Pour mémoire, l’alcool cause la mort de près de 3 Millions de personnes par an, soit plus que le sida, la tuberculose et la violence réunis (données OMS, 2012). En France, l’alcool et le tabac sont les 1ères et 2ème causes de mortalité évitable, avec une imputabilité de 49’000 décès par an pour l’alcool et de 73’000 morts par an pour le tabac.

Par Paul Brunault

En savoir plus

À lire aussi