Alcool et Urgences : quand l’hôpital a la gueule de bois

Une étude effectué par Georges Brousse, Julien Geneste-Saelens, Julien Cabé et Olivier Cottencin dévoile des données édifiantes concernant l'alcool et les urgences.

Alcool
Addiction Alcool - Alcool et Urgences : quand l’hôpital a la gueule de bois

Sur l’ensemble des admissions aux urgences 30% sont liés à un usage problématique d’alcool : cela peut-être non seulement une ivresse mais aussi un accident, des violences conjugales ou non, des complications physiques … Et ce poids considérable des problèmes liés à l’alcool dans la problématique actuelle des urgences est largement méconnu par la population et les pouvoirs publics. Il est donc permis de penser que les urgences sont en partie obstruées par les problèmes d’alcool…

Et, en ce qui concerne les ivresses aiguës nécessitant un passage aux urgences 80% des admissions sont des personnes présentant un problème de dépendance à l’alcool. Là encore cette notion clinique capitale est largement méconnue de la population et des pouvoirs publics : lorsqu’un patient ayant une ivresse arrive aux urgences, il ne faut pas considérer cela comme un événement banal et ponctuel mais bien au contraire il faut mettre une prise en charge de la dépendance.

Les auteurs de cette étude proposent des interventions ultra brèves pour les usages à risques et les troubles de l’usage léger. Mais dans l’immense majorité des ivresses il faut mettre en place des entretiens motivationnels pour les troubles d’usage modérés à sévères.

L’objectif qui doit être poursuivi par les soignants aux urgences doit être de faciliter l’entrée et le maintien dans le parcours de soin pour les personnes présentant un risque de dépendance.

Enfin, les intervenants des urgences doivent privilégier l’empathie (ce qui n’est pas toujours le cas et qui n’est pas toujours facile en situation d’urgence) et la recherche de comorbidités addictives et psychiatriques (dépression, envie suicidaires…).

Les stratégies décrites ci-dessus doivent être appliquées lorsque le patient est dégrisé et capable de participer à sa prise en charge.

Pour plus d’informations, consulter l’article, paru dans le Journal Européen des Urgences et de Réanimation sur le site sciencedirect.com

En savoir plus

À lire aussi

  • Alcool / Article

    Qu’est-ce que le « soberversary », la nouvelle tendance en ligne qui promeut le « sans alcool » ?

    23 Sep 2022
  • Alcool / Témoignage

    Je suis Strasbourgeoise et je ne vais pas boire d’alcool pendant un an

    12 Sep 2022
  • Alcool / Témoignage

    TÉMOIGNAGE. Ex-addict à l’alcool, aux drogues et aux médicaments, Sandra Pinel est devenue patiente-experte pour aider les autres

    05 Sep 2022
  • Alcool / Témoignage

    "Je sais que je prends des risques en buvant autant" : une étudiante se confie sur sa consommation quotidienne d’alcool

    02 Sep 2022
  • Alcool / Article

    Santé : le tabac et l'alcool en tête des causes de cancer dans le monde

    22 Août 2022
  • Alcool / Article

    La bière sans alcool est-elle une bonne alternative pour la santé?

    19 Juil 2022
  • Alcool / Article

    Boire de l’alcool augmente-t-il vraiment notre libido?

    19 Juil 2022
  • Alcool / Article

    La consommation excessive d’alcool endommage le foie. À terme, l'addiction peut engendrer différentes maladies, dont la cirrhose.

    13 Juil 2022
  • Alcool / Livre

    Ensemble, jusqu'à la lie : l'amour plus fort que l'alcool

    12 Juil 2022
  • Alcool / Article scientifique

    Blocage simultané des récepteurs adrénergiques α1b et sérotoninergiques 5HT2A : étude de preuve de concept de phase 2, randomisée et contrôlée dans le trouble de l’usage d’alcool.

    01 Juil 2022
  • Alcool / Emission de radio

    Podcast Addict'AIDE : "Ma dernière fois" avec l'alcool - Episode 4

    28 Juin 2022
  • Alcool / Article scientifique

    Pourquoi la consommation d’alcool provoque des crampes ?

    15 Juin 2022