ALCOOL / Le risque de cancer reste peu connu

Alcool / 3 août 2017

Alcool
Addiction Alcool - ALCOOL / Le risque de cancer reste peu connu

Un sondage représentatif réalisé dans le cadre du Monitorage suisse des addictions révèle que l’effet cancérigène de l’alcool reste peu connu de manière générale, alors même que les maladies cancéreuses représentent environ un tiers des décès imputables à l’alcool en Suisse. 50.1% des personnes interrogées ont indiqué que le cancer de la bouche et de la gorge pouvait être une conséquence négative de la consommation d’alcool. Pour le cancer colorectal, la part des sondés ayant mentionné le lien avec l’alcool se montait à 56,6%, alors qu’elle n’était que de 24.2% pour le cancer du sein chez la femme. Le dernier rapport de monitorage en date d’ Addiction Suisse sur mandat de l’Office fédéral de la santé publique analyse de plus près les connaissances de la population en matière d’alcool et de santé.

Des risques accrus même avec une consommation modérée

Le cancer de la bouche et de la gorge, le cancer du sein chez la femme et le cancer colorectal sont clairement des conséquences possibles de la consommation d’alcool ; les risques de tumeurs augmentent déjà avec une consommation modérée (à partir d’un verre par jour). Le niveau de connaissances concernant le lien entre l’alcool et le cancer du sein est particulièrement faible. «Il est nécessaire d’intensifier l’information et d’élargir le débat public sur le fait que l’alcool augmente sensiblement le risque de plusieurs cancers», résume Gerhard Gmel, chercheur à Addiction Suisse et auteur de l’étude.

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Alcool

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir