» retour

ALCOOL / Malgré les lobbyistes…le combat continu

Souvent considéré comme le parent pauvre de la santé publique, la lutte contre l’alcoolo-dépendance est revenue récemment sur le devant de la scène avec la nomination controversée d’une lobbyiste du vin comme conseillère pour les affaires agricoles auprès du nouveau Président de la République.

Cette actualité a mis en exergue la lutte continuelle que doivent livrer, contre ces « lobbys », les médecins addictologues qui souhaitent sensibiliser la population des risques d’une consommation excessive d’alcool…

Pour connaître la situation et les perspectives de la lutte contre l’alcoolo-dépendance, tant dans les champs de la prévention que des thérapeutiques, le JIM s’est entretenu avec le Pr Michel Reynaud.

Médecin psychiatre de formation, ce dernier a été l’un des pionniers de l’addictologie en France et il a notamment été l’auteur principal d’Alpadir,  une étude randomisée en double aveugle du baclofène à haute dose dans l’alcoolo-dépendance. Professeur à l’université Paris XI. Il préside actuellement le Fonds Actions Addictions et développe le site internet Addict’Aide.

Voir l’intervention vidéo du professeur en cliquant sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


ALCOOL / Alcool : Plaisir ou souffrance ? Un livre pour évaluer son rapport à l’alcool

L’alcool occupe une place particulière dans notre société. Ses propriétés désinhibantes et euphorisantes en font un accélérateur de sociabilité, et un compagnon quasi indissociable des moments festifs. Pourtant, certains de ses usages peuvent engendrer des dommages sanitaires loin d’être anodins – addiction, comportements agressifs ou dépressifs, augmentation de la mortalité et de la morbidité, etc. Impliqué dans près de 50 000 décès chaque année en France, il engendre un coût annuel d’environ 120 milliards d’euros pour la société française.


Le 20 Jan 17
Revue de presse

ALCOOL / Dry January : je ne vais pas boire une seule goutte d’alcool pendant un mois

Entre les soirées de fin d'année, Noël et le réveillon, on a tous passé le mois de décembre à picoler, reconnaissons-le. Et maintenant que la nouvelle année est là, l'heure est venue de faire notre liste de bonnes résolutions (tout en sachant qu'on ne les tiendra sans doute pas). C'est pourquoi je me suis dit qu'un petit challenge s'imposait et que si en plus, il y avait un article (et une bonne cause) à la clé, je serais obligée de le faire avec sérieux et rigueur. C'est pourquoi j'ai décidé de ne pas boire une seule goutte d'alcool pendant un mois entier. C'est ce qu'on appelle le défi "Dry January" (janvier sec).


Le 03 Jan 17