Portail Milieu Professionnel

Alcool : une révolution dans la perception des normes de consommation en France

A la suite de la publication d'un bulletin épidémiologique de Santé Publique France, on peut déduire de nouvelles représensations des consommations d'alcool en France.

Alcool
Addiction Alcool - Alcool : une révolution dans la perception des normes de consommation en France

Contrairement à l’opinion couramment répandue, seule une petite minorité de français ont une consommation excessive d’alcool.

Santé Publique France publie ce jour un Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire consacré à l’alcool. Il faut en garder deux informations :

  • « Pour votre santé, l’alcool, c’est maximum 2 verres par jour, et pas tous les jours ».
  • Il n’y a que 24 % des français qui dépassent ces repères de consommation.

Nous avions déjà énoncé en février cette réalité, qui s’appuyait déjà sur une publication de Santé Publique France : 20 % des buveurs consomment 80 % de l’alcool vendu. C’est aujourd’hui l’organisme en charge de la bonne santé des français qui l’énonce avec tout son poids.

Ces chiffres mettent à mal le mythe du français « bon vivant et donc gros buveur ». On peut prendre le pari que la majorité des français aurait tablé sur des normes de consommation nettement plus élevées. Cette publication va sûrement modifier la perception de la consommation des français qu’ont la plupart d’entre nous.

Nous vivons dans une société qui, par ses incitations, semble faite pour les gros buveurs. Cette étude devrait participer à une modification des représentations des normes de consommation, rassurer les « petits  consommateurs » et amener les « grands  consommateurs » à s’interroger plus facilement sur les risques qu’ils encourent : non, ils ne boivent pas comme tout le monde !

Profitons-en pour rappeler que ce sont ces 24 % de « grands consommateurs » qui génèrent également 80 % des dommages liés à l’alcool : il s’agit là aussi bien des dommages pour leur santé (souvent méconnus comme le rappelle la campagne vidéo)  que des dommages sociaux (accidents, violences sociales, familiales, …).

Nous vivons là un moment charnière dans les représentations des consommations d’alcool : non, la norme, ce n’est pas les « grands buveurs » !

Michel Reynaud

Lire le communiqué de la Fédération Française d’Addictologie sur le sujet

À lire aussi