Alcoolo-dépendance et consommation d’alcool très élevée : une pathologie mortelle et invalidante

Alcool / 3 septembre 2018

Alcool
Addiction Alcool - Alcoolo-dépendance et consommation d’alcool très élevée : une pathologie mortelle et invalidante

Les personnes alcoolo-dépendantes avec une consommation d’alcool très élevée (plus de 60g/jour d’éthanol pour les femmes et plus de 100g/jour pour les hommes) font face à de sévères conséquences en termes de morbidités et de mortalité prématurée. De nombreuses études ont montré que les risques sur la santé augmentent avec la quantité d’alcool consommée.

Cependant, il existe peu de données concernant la prévalence des sujets alcoolo-dépendants avec une consommation très élevée, leurs risques de développer des pathologies attribuables à l’alcool et leur espérance de vie.

 

Une étude vient d’être publiée dans Addiction Biology analysant en détail les conséquences sur la santé et sur la mortalité de ces consommations d’alcool très élevées chez les patients alcoolo-dépendants :

La prévalence a été estimée sur la base d’études cliniques et de bases de données dans 13 pays européens. Les risques de développer des pathologies et leur part attribuable à cette population ont été évalués à partir de microsimulations et d’études épidémiologiques. L’espérance de vie a été estimée dans la population française à partir des données Cépidc.

 

Les résultats montrent que ces sujets représentent une population d’environ 225 000 personnes en France et, du fait de leur consommation très élevée, ont une espérance de vie de 47 à 61 ans soit 21 à 35 ans de moins que la population générale. Ainsi, cette population de très gros buveurs serait responsable de 21% des décès liés à l’alcool chaque année en France. Elle serait également la cause de 53,6% des cirrhoses, 43,8% des pancréatites et 41,1% des cancers de la cavité buccale et du pharynx, alors qu’elle ne représente que 0,54% de la population âgée de 15 à 65 ans.

 

Morts attribuables aux consommations très élevées en France en 2013

Cause of death (ICD-10 code) Deaths

Deaths attributable to very-high-risk drinking

Population Attributable Fraction (%) for very-high-risk drinking
Oral cavity cancer 3 954 1 556 39,34
Colorectal cancer 12 689 1 926 15,18
Oesophageal cancer 3 772 849 22,52
Haemorrhagic stroke 18 314 1 374 7,50
Liver cirrhosis 7 087 3 774 53,25
Pancreatitis 833 353 42,43
Total (conditions studied) 46 649 9 832 21,08

 

 

Compte tenu de la mortalité et des morbidités substantielles causées par l’alcoolo-dépendance avec un niveau de consommation très élevée, les auteurs concluent que le développement de traitements effectifs dans cette population doit être une priorité.

Michel Reynaud

 

Rehm, J., Guiraud, J., Poulnais, R., and Shield, K.D. (2018). Alcohol dependence and very-high-risk alcohol consumption: a life threatening and debilitating disease. Addiction Biology.

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Alcool

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir