» retour

Ces jeunes brisés par l’alcool

Mélange de spiritueux sucrés, bières bon marché… Le samedi soir, la jeunesse s’enivre plus que de raison. Selon le dernier rapport du Monitorage suisse des addictions de l’Office fédéral de la santé publique, près de 40% des jeunes âgés de 20 à 24 ans connaissent l’état d’ébriété au moins chaque mois, et 22% chaque semaine. Les 15-19 ans seraient plus de 12% à boire de façon hebdomadaire de 4 à 5 verres au minimum par occasion. Ces chiffres valent pour la Suisse romande, où l’on boit plus que dans le reste du pays.

Généralement vécus en groupe à titre récréatif, ces états d’ivresse récurrents tendent à diminuer après 25 ans. Mais pas pour tous. Parfois, certains restent crochés à la bouteille. Et les plus surpris sont souvent leurs amis proches ou leurs parents qui, démunis, ne savent pas comment réagir. «Beaucoup d’adolescents s’inquiètent au sujet de leurs amis sur le site internet www.ciao.ch», indique Corine Kibora, porte-parole d’Addiction Suisse, qui répond aux jeunes sur cette plateforme.

La communication comme moyen de prévention

Selon Stéphane Caduff, responsable du secteur prévention de la Fondation vaudoise contre l’alcoolisme, «seul 1,4% des personnes qui consultent pour cette maladie sont âgées de 15 à 19 ans.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Actualité

ALCOOL / Le syndrome d’alcoolisation fœtale

Les Associations réunies ce jour dans le cadre d’une collaboration future dans le domaine du SAF (Syndrome d’Alcoolisation Fœtal) et des TCAF (Troubles Causés par l’Alcoolisation Fœtale), et ci-dessous mentionnées, déclarent soutenir la proposition ministérielle de révision du pictogramme (taille, couleur et positionnement) d’information sur les dangers de la consommation de boissons alcoolisées de toutes natures par les femmes enceintes, suivant l’arrêté du 2 octobre 2006.


Le 14 Fév 17
CAMERUP