Comment définir la rémission dans le trouble d’usage d’alcool

Un article de George Koob (NIAAA) dans l’American Journal of Psychiatry

Alcool
Addiction Alcool - Comment définir la rémission dans le trouble d’usage d’alcool

Le concept anglais de Recovery recouvre plusieurs aspects. Il peut signifier « rémission ». Mais au-delà de ce concept très médical, il peut aussi englober le terme de « rétablissement », avec la notion de réactivation d’une vie sociale, familiale et professionnelle du patient, et des projets de vie que le trouble d’usage d’alcool a interrompus.

Mais à l’heure actuelle, tous ces termes n’ont pas vraiment de définition consensuelle. Les principaux protagonistes concernés (patients bien sûr, mais aussi professionnels de santé et décideurs politiques ou chercheurs) n’ont pas la même approche et leurs opinions diffèrent d’ailleurs au sein même de ces catégories. Pour certains, le Recovery est très en lien avec le fait d’avoir atteint une abstinence durable d’alcool, et ne pourrait se concevoir autrement. Pour d’autres au contraire, il s’agit d’une définition trop stricte ou même peu opérationnelle, dans la mesure où des personnes ayant arrêté tout usage pourraient présenter un certain nombre de symptômes en lien avec le trouble addictif (craving, conséquences médicales et sociales…) ou bien avec des comorbidités ou un contexte plus global (dépression, insomnies, mauvaise qualité de vie …). Certains ont proposé alors d’utiliser les critères DSM-5, et de dire que finalement, peu importe les consommations résiduelles du moment que les critères DSM-5 ont disparu. C’est logique d’un point de vue nosographique mais cela occulte certainement bien des dimensions importantes du Recovery, à commencer par les patients eux-mêmes.

Pour essayer de sortir de ces difficultés, les chercheurs du National Institute on Alcoholism & Alcohol Abuse (NIAAA), dirigé par le Pr George Koob, ont élaboré une méthodologie de travail sur la base d’une recherche de littérature scientifique, suivie d’une synthèse discutée avec des experts et décideurs du champ, qui ont proposé deux définitions différentes pour la rémission, et une définition pour le recovery (voir tableau ci-joint). Pour la rémission, les deux définitions cliniques sont : 1) rémission des critères DSM-5 de trouble d’usage d’alcool ; 2) arrêt de l’usage problématique d’alcool. Ces définitions doivent s’associer à un temps (un peu comme pour les autres maladies chroniques comme les cancers). La notion de recovery reste plus vaste, et inclut également la restauration de besoins de bases en termes de fonctionnement social et spirituel, d’amélioration de santé physique et mentale, et de qualité de vie et d’autres dimensions du bien-être. On voit que le NIAAA reste beaucoup plus flou sur la notion de recovery, par rapport à celle de rémission.

FIGURE. Définitions de recherche du NIAAA pour la rémission du trouble d’usage d’alcool, et éléments propose pour différencier la rémission du recovery (source : https://ajp.psychiatryonline.org/doi/10.1176/appi.ajp.21090963)

 

Ces critères de rémission seront parlants pour beaucoup de cliniciens. En faisant ce choix, le NIAAA a transgressé un tabou, en reconnaissant qu’un individu peut être « en rémission » de son addiction à l’alcool, bien que maintenant à un certain degré sa consommation. C’est une évolution majeure car, même si on n’est plus du tout dans une situation où les auteurs qui soutenaient cette idée se faisaient lyncher dans la littérature scientifique (voir pour cela l’article historique de Marc et Linda Sobell dans Addiction), il reste encore aujourd’hui des chercheurs et des cliniciens qui contestent que certains patients peuvent avoir des trajectoires complexes, et avoir un parcours de nette amélioration clinique et fonctionnelle alors même qu’ils maintiennent des consommations plus ou moins sporadiques d’alcool, et que d’autres au contraire qui ne boivent plus du tout restent en profonde détresse sociale et psychologique.

Par Benjamin ROLLAND

À lire aussi

  • Alcool / Article

    Qu’est-ce que le « soberversary », la nouvelle tendance en ligne qui promeut le « sans alcool » ?

    23 Sep 2022
  • Alcool / Témoignage

    Je suis Strasbourgeoise et je ne vais pas boire d’alcool pendant un an

    12 Sep 2022
  • Alcool / Témoignage

    TÉMOIGNAGE. Ex-addict à l’alcool, aux drogues et aux médicaments, Sandra Pinel est devenue patiente-experte pour aider les autres

    05 Sep 2022
  • Alcool / Témoignage

    "Je sais que je prends des risques en buvant autant" : une étudiante se confie sur sa consommation quotidienne d’alcool

    02 Sep 2022
  • Alcool / Article

    Santé : le tabac et l'alcool en tête des causes de cancer dans le monde

    22 Août 2022
  • Alcool / Article

    La bière sans alcool est-elle une bonne alternative pour la santé?

    19 Juil 2022
  • Alcool / Article

    Boire de l’alcool augmente-t-il vraiment notre libido?

    19 Juil 2022
  • Alcool / Article

    La consommation excessive d’alcool endommage le foie. À terme, l'addiction peut engendrer différentes maladies, dont la cirrhose.

    13 Juil 2022
  • Alcool / Livre

    Ensemble, jusqu'à la lie : l'amour plus fort que l'alcool

    12 Juil 2022
  • Alcool / Article scientifique

    Blocage simultané des récepteurs adrénergiques α1b et sérotoninergiques 5HT2A : étude de preuve de concept de phase 2, randomisée et contrôlée dans le trouble de l’usage d’alcool.

    01 Juil 2022
  • Alcool / Emission de radio

    Podcast Addict'AIDE : "Ma dernière fois" avec l'alcool - Episode 4

    28 Juin 2022
  • Alcool / Article scientifique

    Pourquoi la consommation d’alcool provoque des crampes ?

    15 Juin 2022