» retour

La pénibilité physique et le stress au travail incitent à consommer plus d’alcool

Travailler en plein air. Porter des charges lourdes. Subir des secousses ou des vibrations font partie des critères pour qualifier un travail pénible physiquement. Autant de facteurs qui peuvent être à l’origine d’une consommation “à risque chronique” d’alcool. On entend par là plus de 14 verres par semaine pour les femmes et plus de 21 verres pour les hommes. Ces conclusions proviennent d’un travail de recherche mené sur 11.000 personnes en 2010, qui vient de paraître dans la revue Travail et Emploi publiée par le département études et statistiques du ministère du Travail. Ce n’est pas le statut d’ouvrier qui expose à boire plus mais bien des conditions de travail physiquement difficiles. On consomme de l’alcool “pour tenir ou supporter les risques”. Les hommes sont plus concernés que les femmes.
Notamment à cause de “constructions culturelles”, dit la chercheuse, qui associent masculinité et consommation d’alcool. Corinne Mette, de la Dares, cite par exemple les salariés du bâtiment et des travaux publics, ainsi que les agriculteurs.

Les cadres surreprésentés parmi les gros buveurs

A l’opposé, les cadres peuvent aussi être de gros consommateurs d’alcool. Ils sont plus nombreux que la moyenne nationale à être buveur quasi quotidiens. Quinze pour cent des cadres sont dans ce cas, contre 11% de la population générale. Idem pour les buveurs à risque chronique, plus gros consommateurs. Pourquoi ? La chercheuse émet l’hypothèse que “travailler sous pression” favorise la consommation quasi quotidienne d’alcool.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Un nouvel essai (positif) du baclofène dans le maintien d’abstinence d’alcool : une publication du British Journal of Psychiatry.

En France, les patients traités par baclofène pour alcoolodépendance et des prescripteurs dans le champ de l’addictologie retiennent leur souffle en l’attente de la décision par l’ANSM de délivrer ou non une AMM à la molécule dans le traitement de l’alcoolodépendance. Cette décision est attendue pour l’automne


Le 09 Mai 18
Revue de presse

ALCOOL / Quand et pour qui ? Rien n’échappe aux enfants

Alors que les adolescents étaient jusqu'ici un sujet phare de la recherche en matière d’alcool, une nouvelle étude d’Addiction Suisse s'intéresse aux enfants plus jeunes et leur savoir sur l'alcool. Elle nous dévoile sans ambiguïté que les petits de 3 ans à peine reconnaissent déjà les boissons alcoolisées et savent qu’elles ne leur sont pas destinées. Elle révèle par ailleurs que les enfants d’âge préscolaire attribuent plus fréquemment l’usage de l’alcool aux hommes qu’aux femmes.


Le 12 Juin 17