» retour

La pénibilité physique et le stress au travail incitent à consommer plus d’alcool

Travailler en plein air. Porter des charges lourdes. Subir des secousses ou des vibrations font partie des critères pour qualifier un travail pénible physiquement. Autant de facteurs qui peuvent être à l’origine d’une consommation “à risque chronique” d’alcool. On entend par là plus de 14 verres par semaine pour les femmes et plus de 21 verres pour les hommes. Ces conclusions proviennent d’un travail de recherche mené sur 11.000 personnes en 2010, qui vient de paraître dans la revue Travail et Emploi publiée par le département études et statistiques du ministère du Travail. Ce n’est pas le statut d’ouvrier qui expose à boire plus mais bien des conditions de travail physiquement difficiles. On consomme de l’alcool “pour tenir ou supporter les risques”. Les hommes sont plus concernés que les femmes.
Notamment à cause de “constructions culturelles”, dit la chercheuse, qui associent masculinité et consommation d’alcool. Corinne Mette, de la Dares, cite par exemple les salariés du bâtiment et des travaux publics, ainsi que les agriculteurs.

Les cadres surreprésentés parmi les gros buveurs

A l’opposé, les cadres peuvent aussi être de gros consommateurs d’alcool. Ils sont plus nombreux que la moyenne nationale à être buveur quasi quotidiens. Quinze pour cent des cadres sont dans ce cas, contre 11% de la population générale. Idem pour les buveurs à risque chronique, plus gros consommateurs. Pourquoi ? La chercheuse émet l’hypothèse que “travailler sous pression” favorise la consommation quasi quotidienne d’alcool.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Actualité

ALCOOL / Le syndrome d’alcoolisation fœtale

Les Associations réunies ce jour dans le cadre d’une collaboration future dans le domaine du SAF (Syndrome d’Alcoolisation Fœtal) et des TCAF (Troubles Causés par l’Alcoolisation Fœtale), et ci-dessous mentionnées, déclarent soutenir la proposition ministérielle de révision du pictogramme (taille, couleur et positionnement) d’information sur les dangers de la consommation de boissons alcoolisées de toutes natures par les femmes enceintes, suivant l’arrêté du 2 octobre 2006.


Le 14 Fév 17
CAMERUP