» retour

L’alcool dans les films favorise t’il le début de consommations chez les adolescents ?

 

La présence d’alcool dans les films est connue pour influencer la consommation d’alcool des adolescents, et notamment un début plus précoce des consommations. Cette étude analysait l’influence du contexte social où les films présentant de l’alcool étaient visionnés par des adolescents : avec des amis, ou en famille. Cette influence était étudiée pour chaque trois modalités de consommation qui peuvent caractériser les consommations précoces d’alcool : goûter un verre d’alcool (mais ne pas le finir), consommer un verre d’alcool en entier, et réaliser une consommation intense et ponctuelle d’alcool (plus de 3 verres en une occasion).

882 élèves américains (équivalent de la fin de l’école primaire et du début du collège), âgés de 10 à 15 ans (âge moyen 12,2 ans), ont été interrogés, autant de filles que de garçons. L’exposition à l’alcool dans les films regardés était mesurée par l’évaluation du degré d’exposition à l’alcool dans un corpus de 530 films issus des box-offices américains. 50 films étaient ensuite tirés au sort dans ce corpus pour chaque sujet, en assurant un même niveau moyen d’intensité d’exposition à l’alcool dans chaque tirage. Le risque d’initiation d’un usage d’alcool était estimé par une analyse de survie. Certains facteurs comme des facteurs démographiques, de personnalité, et des facteurs d’influence sociale ont été pris en compte dans les analyses car ils sont connus pour influencer les deux variables d’intérêt.

L’exposition à l’alcool dans les films regardés était fréquente. La durée totale d’exposition aux stimuli alcool dans les films prédisait un début plus précoce des consommations d’alcool dans tous les contextes (amis et famille) et toutes les modalités de consommation. Visionner les films entre amis semblait renforcer cet effet, tandis que les regarder en famille n’avait pas d’effet significatif sur la prédiction de l’initiation des consommations.

L’exposition à l’alcool dans les films est impliquée dans les processus d’initiation précoce des consommations d’alcool. Cela serait en particulier le cas lorsque ces films sont visionnés entre amis et entre pairs. Les auteurs proposent que les autorités de contrôle de l’audiovisuel renforcent les mesures pour limiter cette exposition pour les populations adolescentes.

 

Par Nicolas Cabé

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

Rôle de l’hypexcitabilité amygadalienne dans l’addiction : une revue de Translationnal Psychiatry

L’amygdale intègre et traite des informations relatives à la récompense et aux émotions telles que la peur et l’anxiété permettant la survie en avertissant en cas de danger potentiel. L’amygadale baso-latérale (ABL) communique avec les régions cérébrales qui affectent la cognition, la motivation et la réponse au stress, notamment le cortex préfrontal, l’hippocampe, le noyau accumbens, et les régions cérébrales postérieures.


Le 02 Oct 17