» retour

L’entreprise face au trouble psychique

Alors que le monde du travail est soumis aux exigences de la performance et de la   rentabilité, il  n’est pas facile pour les personnes en situation de handicap psychique d’accéder à l’entreprise ou d’y rester. Pourtant, depuis 1991, les efforts uniques et prolongées du Club ARIHM (Club Action et recherche, insertion et handicaps psychiques ou mentaux), dont les pratiques sont orientées vers l’accès des personnes en situation de handicap psychique au monde du travail ordinaire et leur maintien dans l’emploi, confirment que cette ambition reste possible.

En suivant les parcours de personnes engagées avec eux dans des projets d’insertion professionnelle, les auteurs décrivent les modalités de la méthode d’accompagnement (AMPP®) proposée par le Club ARIHM. Ils mettent en évidence les tensions qui traversent ce champ de l’inclusion, entre les risques du travail pathogène et les espoirs que l’emploi constitue un facteur d’une meilleure santé mentale. Ils analysent les échecs et les perspectives nouvelles ouvertes  par le décret du 27 décembre 2016 relatif à l’emploi accompagné, et montrent qu’une stratégie d’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique vers et dans l’entreprise peut contribuer à préserver ou promouvoir une part d’humanité dans le monde du travail. [Résumé d’auteur]

Gisèle BIRCK et Clément BONNET. Edition Eres, septembre 2017.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

ALCOOL / Risques cardiovasculaires associés au Binge Drinking : une revue de littérature dans la revue ACER

Le Binge Drinking est un comportement souvent observé chez les jeunes adultes, et parfois aussi dès l’adolescence. Il n’évolue pas toujours vers un trouble d’usage d’alcool caractérisé à l’âge adulte, mais il peut laisser des séquelles sur l’organisme. En particulier, les conséquences neurologiques, hépatologiques, et cardiovasculaires, sont encore mal connues.


Le 31 Jan 17
Revue de presse

ALCOOL / Le lobby alcoolier vient-il aujourd’hui d’entrer en majesté dans le Palais de l’Elysée ?

Est-ce une simple conseillère affûtée ou le lobby alcoolier qui fait une entrée en majesté à l’Elysée ? Sommes-nous confronté à un conflit majeur d’intérêts face auquel la ministre de la Santé (et des Solidarités) apparaît comme désarmée ? Toujours est-il qu’Audrey Bourolleau, 37 ans, a été nommée, lundi 22 mai, « conseillère agriculture, pêche, forêt et développement rural » auprès du président de la République.


Le 26 Mai 17