» retour

L’entreprise face au trouble psychique

Alors que le monde du travail est soumis aux exigences de la performance et de la   rentabilité, il  n’est pas facile pour les personnes en situation de handicap psychique d’accéder à l’entreprise ou d’y rester. Pourtant, depuis 1991, les efforts uniques et prolongées du Club ARIHM (Club Action et recherche, insertion et handicaps psychiques ou mentaux), dont les pratiques sont orientées vers l’accès des personnes en situation de handicap psychique au monde du travail ordinaire et leur maintien dans l’emploi, confirment que cette ambition reste possible.

En suivant les parcours de personnes engagées avec eux dans des projets d’insertion professionnelle, les auteurs décrivent les modalités de la méthode d’accompagnement (AMPP®) proposée par le Club ARIHM. Ils mettent en évidence les tensions qui traversent ce champ de l’inclusion, entre les risques du travail pathogène et les espoirs que l’emploi constitue un facteur d’une meilleure santé mentale. Ils analysent les échecs et les perspectives nouvelles ouvertes  par le décret du 27 décembre 2016 relatif à l’emploi accompagné, et montrent qu’une stratégie d’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique vers et dans l’entreprise peut contribuer à préserver ou promouvoir une part d’humanité dans le monde du travail. [Résumé d’auteur]

Gisèle BIRCK et Clément BONNET. Edition Eres, septembre 2017.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

ALCOOL / Sexe et alcool ne font pas bon ménage

r Philip Gorwood, psychiatre : "L'alcool a des effets que l'on ressent comme positifs, donc l'aspect facilitateur est attendu. Mais il n'en est rien. Au niveau mécanique, on observe une diminution linéaire de l'excitation sexuelle physiologique (rigidité pénienne, délai à l'éjaculation chez l'homme, flux sanguin et lubrification vaginale chez la femme) en fonction de l'alcoolémie. L'alcool à petite dose peut être qualifié de facilitateur de la sexualité (libido), mais cet effet est expliqué par un effet d'attente (aucune distinction avec le placebo). En effet, des sujets qui ont bu des boissons apparemment alcoolisées mais sans alcool avaient exactement le même effet apparemment bénéfique. L'effet d'attente est d'autant plus marqué que les individus sont stressés. Le bénéfice vient donc de l'effet anxiolytique de l'alcool, et l'effet anxiolytique diminue avec le temps, qui à terme favorise l'anxiété (par tolérance) qui requiert répétition et augmentation des consommations, c'est-à-dire favorise la dépendance. La dépendance installée chez un des conjoints entraîne une mésentente conjugale, des dysfonctions sexuelles, une pauvreté de communication, des violences physiques et verbales et un plus fort taux de séparation par rapport à la population générale."


Le 26 Sep 17
Revue de presse

ALCOOL, TABAC / Cancer : l’épigénétique explique 15% des cancers de la gorge lié à l’alcool et au tabac

C’est une piste inattendue pour traiter les cancers chez l'adulte que révèlent ces chercheurs du McGill University Health Centre : une modification épigénétique pourrait être à l'origine de 15 % des cancers de la gorge liés à l'alcool et au tabac chez l'adulte. Cette découverte, présentée dans la revue Nature Genetics, ouvre une piste importante d’amélioration de la prise en charge de ces patients, avec le développement de nouveaux traitements ciblés et plus efficaces.


Le 23 Jan 17