» retour

Les drogues diminuent le renouvellement des neurones

On a beau rêver de substances qui augmentent nos capacités cognitives comme dans Lucy de Luc Besson où la prise d’une drogue décuple l’intelligence, les substances psychoactives, à l’inverse, agissent au détriment du renouvellement cellulaire dans notre cerveau et de notre mémoire.
Une équipe de recherche en neurosciences des addictions installée à Bordeaux a récemment permis d’éclaircir les liens entre les drogues et la neurogenèse. La neurogenèse est un processus de production de nouveaux neurones qui comprend plusieurs étapes : prolifération des cellules, survie, maturation et enfin transformation (=différenciation) en un type de neurone. Ce processus existe dans de très nombreuses espèces tout au long de la vie mais particulièrement dans l’enfance et à l’adolescence.

Les travaux de l’équipe bordelaise ont montré que les souris chez lesquelles la neurogenèse était artificiellement arrêtée par une manipulation génétique, étaient plus motivées dans la recherche de cocaïne que les souris non modifiées.
Pour cette expérience, les souris ont d’abord été entraînées dans une cage disposant de deux orifices localisés dans les parois opposées. Lorsque le rongeur introduit son museau dans l’un des orifices dit actif, il reçoit une injection de cocaïne par voie intraveineuse, injection associée à un signal lumineux. Lorsque la souris introduit son museau dans l’autre orifice, dit inactif, rien ne se passe. Après plusieurs jours d’entraînement, les souris avec ou sans neurogenèse ont appris de façon comparable à s’auto-administrer de la cocaïne.
Dans un deuxième temps, pour mesurer la motivation pour la drogue, l’exercice se complique : le nombre d’introductions du museau dans l’orifice actif qu’il faut effectuer pour obtenir une dose est augmenté. Les souris dont la neurogenèse était stoppée se sont montrées plus motivées pour rechercher la drogue car plus actives que les autres et n’ont pas hésité à mettre leur museau des dizaines de fois dans l’orifice pour obtenir une seule dose.
Enfin, dans une dernière étape, les souris ne sont plus entraînées et donc ne s’auto-administrent plus de cocaïne. Après deux semaines de sevrage, les souris sont testées de nouveau mais en absence de cocaïne…

Plus d’information sur le site maad-digital.fr

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Actualité

ALCOOL / Alternative à l’inaptitude à la conduite : l’éthylotest anti-démarrage, c’est parti !

L’ANPAA vient de signer une convention avec la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routière (DSCR) permettant la mise en place dans 3 départements – Drôme, Nord et Marne – d’un protocole de préfiguration du dispositif d’éthylotest anti-démarrage (EAD) dans un cadre médico-administratif sur décision préfectorale accompagné d’un stage médico éducatif.


Le 07 Mar 17
ANPAA
Article scientifique

“Addiction” hors-série sur la réglementation du marketing de l’alcool : un article de mise au point sur le marketing de l’alcool dans les supports numériques

Le mois dernier est paru un numéro hors-série de Addiction intitulé « La réglementation du marketing de l’alcool : de la recherche aux politiques de santé publique ». Parmi les différents articles de ce numéro spécial figure un article dit de « revue narrative » sur la présence plus ou moins ostensible du marketing autour de l’alcool dans les contenus numériques.


Le 20 Fév 17