» retour

ALCOOL / Pourquoi l’on devient parfois agressif après quelques verres

A l’aide d’imageries par résonance magnétique (IRM), des chercheurs australiens sont parvenus à comprendre les mécanismes cérébraux expliquant pourquoi certaines personnes deviennent facilement agressives après quelques verres d’alcool.

Si l’alcool peut rendre triste ou au contraire très jovial, celui-ci amène souvent les gens qui en consomment à devenir plus agressifs que d’habitude, lorsqu’ils sont sobres. Selon une étude scientifique publiée dans la revue Cognitive, Affective, & Behavioral Neuroscience, cette hausse de l’agressivité serait due à des changements au niveau du cortex préfrontal, zone du cerveau qui sert entre autres à tempérer les niveaux d’agression des individus.

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs australiens ont recruté cinquante jeunes hommes en bonne santé, divisés en deux groupes. Le premier groupe a dû consommer deux boissons à base de vodka, tandis que le second a reçu des boissons sans alcool. Une fois installés dans un appareil d’imagerie par résonance magnétique (IRM), les participants ont effectué des tâches permettant aux scientifiques d’évaluer leur niveau d’agressivité, et d’observer ce qu’il se passait au niveau cérébral.

Ils ont alors constaté qu’après une consommation de deux verres d’alcool seulement, il y avait une baisse de l’activité neuronale au sein du cortex préfrontal, par rapport à l’activité neuronale des individus sobres, expliquant les différences mesurées en termes d’agressivité.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Actualité

ALCOOL / Alternative à l’inaptitude à la conduite : l’éthylotest anti-démarrage, c’est parti !

L’ANPAA vient de signer une convention avec la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routière (DSCR) permettant la mise en place dans 3 départements – Drôme, Nord et Marne – d’un protocole de préfiguration du dispositif d’éthylotest anti-démarrage (EAD) dans un cadre médico-administratif sur décision préfectorale accompagné d’un stage médico éducatif.


Le 07 Mar 17
ANPAA