» retour

ALCOOL / J’ai trop bu, je me sens mal

L’excès d’alcool modifie la concentration, les capacités visuelles et la faculté de jugement. Plus vous buvez, plus ces signes s’aggravent, entraînant une diminution du contrôle de soi pouvant aller jusqu’au malaise.

Lorsque vous commencez à vous sentir mal, la première chose à faire est d’arrêter de boire de l’alcool. Mangez et buvez une boisson non alcoolisée, même si vous avez l’impression que vous ne le supporterez pas. Votre corps a besoin d’être réhydraté et de reprendre de l’énergie. Cherchez ce qui pourrait vous soulager, comme par exemple parler, marcher, s’allonger, ou vomir.

Voir la suite de l’article sur Alcool Info Service en cliquant sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

ALCOOL / Au Royaume-Uni, on soigne son alcoolisme

Nous approchons d'une période de fêtes, une période d'excès en tous genres, à commencer par l'alcool. C'est toujours délicat, mais trois journalistes du Telegraph se sont attaqués au problème. Ils sont partis de ces deux constats : L'an dernier pendant les fêtes, plus d'un million de Britanniques se sont retrouvés aux urgences d'un hôpital pour un problème de surconsommation d'alcool. C'est deux fois plus qu'il y a 10 ans.


Le 22 Déc 16
Article scientifique

Une étude randomisée sur un haut dosage de baclofène chez les patients alcoolo-dépendant, une étude d’Alpadir

Objectifs de l’étude : L’alcoolodépendance est un problème majeur de santé publique pour lequel de nouveaux traitements sont nécessaires. L’étude ALPADIR a évalué l’efficacité et la tolérance du baclofène à la dose cible de 180 mg par jour chez des patients alcoolodépendants pour le maintien de l’abstinence et la réduction de la consommation d’alcool.


Le 23 Mai 17
Article scientifique

“Addiction” hors-série sur la réglementation du marketing de l’alcool : une revue systématisée sur le marketing ciblant les jeunes

Le mois dernier est paru un numéro hors-série de Addiction intitulé « La réglementation du marketing de l’alcool : de la recherche aux politiques de santé publique ». C’est un sujet particulièrement crucial, car on sait que, pour les substances psychoactives autorisées, les mesures réglementant les ventes sont souvent celles qui ont le plus d’impact sur les niveaux globaux d’usage.


Le 20 Fév 17