» retour

ALCOOL / Les placement de produits ont doublé au cinéma

James Bond et son Martini Drive ; Gatsby le Magnifique et ses coupes de Moët & Chandon… Dans le cinéma américain, les références à l’alcool n’ont jamais été aussi nombreuses, à en croire les résultats d’une étude présentée ce mardi au Congrès des Académies de Pédiatrie, à San Francisco.

Les chercheurs de la Geisel School of Medicine (New Hampshire) se sont en effet penchés sur le placement de produits alcooliques dans les films. Ils ont passé en revue les 100 longs métrages qui tiennent la tête du Box office depuis vingt ans.

87 % des films concernés

Ils ont observé que les placements de produits ont augmenté chaque année de 5 %, et ont quasi-doublé (hausse de 92 %) pendant la période étudiée. Dans le détail, l’alcool était représenté dans 87 % des films, avec des marques spécifiques dans 44 % d’entre eux.

Cela n’épargnait pas les films pour enfants… Ainsi, les marques d’alcool étaient ainsi présentes dans 41 % des contenus destinés au jeune public. La consommation d’alcool (sans marque déterminée) y était représentée dans près de neuf films sur dix (85 %).

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

ALCOOL / Tendances de mésusages et de troubles d’usage d’alcool chez les plus de 50 ans aux Etats-Unis

Beaucoup d’études récentes portent sur le mésusage d’alcool chez les adolescents ou les jeunes adultes. En revanche, les données épidémiologiques chez les seniors sont beaucoup plus limitées, sans doute parce que l’intérêt médiatique est moindre. L’intérêt scientifique n’est pourtant pas moins important, car l’alcool est aussi un facteur de morbimortalité.


Le 29 Déc 16
Article scientifique

ALCOOL / Baclofène, pour qui et surtout comment ?

Dépassant avec la même conviction les débats incessants sur l’efficacité du baclofène, comme nous l’avons fait dans un article précédent (« La guerre du baclofène n’aura pas lieu… ») et ignorant l’intrusion dans le débat de trop nombreux médias non scientifiques qui tour à tour se positionnent comme pro ou anti-baclofène (parfois les mêmes à quelques semaines d’intervalle), nous livrons ici une nouvelle série de réflexions provenant de la clinique quotidienne et procédant du bon sens


Le 26 Juin 17