» retour

ALCOOL / Permet-il un sommeil réparateur ?

Le rythme, la durée et la qualité du sommeil et de l’éveil sont régis par la combinaison de deux phénomènes. Le premier est le principe d’homéostasie, qui veut que le temps d’éveil soit, en partie, compensé par un temps de sommeil. Pour cela, la « pression » de sommeil va augmenter tout au long de la période d’éveil pour revenir à zéro pendant le sommeil avant de recommencer un nouveau cycle.  Le deuxième phénomène est le rythme circadien ( du latin circa = autour et  die= jour) qui superpose un cycle de 24h à l’homéostasie du sommeil. Le rythme circadien est régi par une « horloge »sensible aux variations de lumière (jour vs nuit) et à d’autres signaux, située dans le noyau suprachiasmatique de l’hypothalamus.  Chez les espèces à vie diurne, comme l’être humain, l’horloge promeut l’éveil le jour et le sommeil la nuit. Tout au long de la journée de 24h, rythme circadien et homéostatique s’accordent (= périodes de sommeil) ou s’opposent (=périodes d’éveil). Le respect de l’homéostasie du sommeil permet de restaurer l’énergie, les défenses cellulaires et la plasticité synaptique.

Le principal neurotransmetteur impliqué dans l’homéostasie du sommeil est l’adénosine qui est un produit de dégradation de l’ATP (adénosine tri-phosphate), principale source d’énergie des cellules. Pendant l’éveil, la consommation d’énergie, donc d’ATP, est élevée et l’adénosine rejetée hors de la cellule va progressivement s’accumuler dans l’espace extra-cellulaire. L’adénosine agit en se fixant sur les récepteurs à l’adénosine de type A1 présents au niveau du cortex et du cerveau antérieur basal. Plus l’adénosine augmentera, plus la pression de sommeil sera forte, et plus il faudra de temps de sommeil pour la dissiper.

Retrouvez la suite de l’article sur MAAD-DIGITAL en cliquant sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

ALCOOL / Pronostic au long-cours de la consommation contrôlée d’alcool par rapport à l’abstinence dans le trouble d’usage d’alcool : résultat d’un suivi de cohorte de 9 ans.

Avec l’arrivée du baclofène puis du nalméfène, le milieu addictologique français a introduit le concept de réduction de consommation et consommation contrôlée dans ses pratiques. Ces concepts existaient d’ailleurs dans le monde anglo-saxon bien avant leur arrivée en France. En pratique, ils sont souvent confondus, mais n’ont rien à voir. La réduction de consommation est un moyen, c’est la stratégie de réduction lente de consommation, par opposition au sevrage classique.


Le 31 Jan 17
Article scientifique

ALCOOL / Les troubles d’usage chez les immigrés et descendants d’immigrés français. Une étude publiée dans ACER, avec le soutien du Fond Actions-Addictions.

Aux Etats-Unis, l’état de santé des communautés immigrés et de leurs descendants fait l’objet de très nombreuses études. Au début des années 2000, une immense étude de cohorte appelée la National Epidemiological Survey on Alcohol and Related Conditions (NESARC), avait évalué l’état de santé addictologique et psychiatrique d’environ 40 000 sujets américains. Plusieurs études avaient porté sur les immigrés, et avaient notamment montré un phénomène appelé « the Immigrant Paradox » ou encore « the Immigrant Healthy Effect ».


Le 09 Mai 17