» retour

ALCOOL / Une thérapie s’appuie sur l’aide du conjoint

Le congrès annuel de la société française d’alcoologie ouvre ses portes mercredi. Pendant trois jours, les médecins spécialistes de cette addiction feront le point sur les nouveautés dans la prise en charge de la maladie alcoolique sachant que la France compte cinq millions de consommateurs à risque et deux millions de dépendants. Certaines équipes médicales misent désormais sur l’entourage et notamment sur le conjoint.

Une sorte de thérapie de couple. Il s’agit d’une sorte de thérapie de couple mais pour soigner l’un des deux conjoints seulement. Pour que ça marche, il ne faut pas que les deux soient alcooliques. Le conjoint qui ne boit pas, même s’il souffre, n’est pas soigné. Il sert de « levier de motivation » pour son conjoint malade et assiste aux douze séances de thérapie. Le docteur Gonzague de Larocque, addictologue à Clichy est le premier en France à tester ce protocole pour les couples qui existe depuis les années 1980 aux Etats-Unis .

Pour voir la vidéos sur le sujet ainsi que la suite de l’article, cliquez sur « Consulter en ligne » pour accéder au site d’Europe 1

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

ALCOOL / Ados et alcool : comment leur en parler ?

À partir de la 6e, 6 élèves sur 10 (59,3%) déclarent avoir bu au moins une fois. Arrivés en classe de 3e, ils sont plus de 8 sur 10 (83,2%) à avoir déjà consommé de l'alcool, et parmi ces collégiens, un sur trois avoue avoir été ivre au moins une fois. Ces chiffres viennent d'être présentés par l 'Observatoire des drogues et des toxicomanies (OFDT). Ce sont les résultats d'une étude menée en 2010, en lien avec l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) et le rectorat de Toulouse.


Le 20 Déc 16