Alcoolisation prénatale du fœtus : décryptage d'un mécanisme clé de l'atteinte cérébrale

Alcool / 5 avril 2017

Alcool
Addiction Alcool - Alcoolisation prénatale du fœtus : décryptage d'un mécanisme clé de l'atteinte cérébrale

L’exposition du fœtus à l’alcool est délétère pour la maturation du système nerveux central, que ce soit au niveau des neurones ou des microvaisseaux qui irriguent le cortex cérébral. Cette toxicité dépend de la quantité d’alcool consommée par la mère et de la période à laquelle le foetus y est exposé (fenêtre de vulnérabilité).

Au niveau du système nerveux, on sait que l’alcool augmente la mort neuronale (notamment par apoptose), et altère l’autophagie (voir encadré ci-dessous). Cependant, les mécanismes régissant sa toxicité vis-à-vis des cellules endothéliales qui composent la couche interne des vaisseaux corticaux étaient jusqu’ici inconnus. Ils le sont désormais un peu moins ! Une équipe rouennaise (équipe NeoVasc*, dirigée par Bruno Gonzalez) vient en effet d’établir qu’une altération de l’autophagie s’observe également dans ces cellules endothéliales après une exposition prénatale à l’alcool. Cette équipe avait déjà montré qu’une telle exposition induit une altération de l’arborescence de la vascularisation cérébrale. Or, il est établi que l’arborescence vasculaire est un prérequis pour la migration de certaines populations neuronales au cours du développement. Avec les nouveaux résultats obtenus, il apparaît que ces anomalies vasculaires s’accompagnent d’une augmentation de la mortalité des cellules endothéliales et d’une accumulation de vacuoles autophagiques dans ces cellules.

Pour un repérage plus précoce

Le syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) constitue la forme la plus sévère des troubles engendrés par la consommation d’alcool des femmes enceintes. C’est la première cause de paralysie cérébrale d’origine non génétique chez l’enfant. Ce syndrome concerne environ 1,3 enfants pour 1 000 naissances vivantes en France. Mais ce nombre passe à 9 pour 1 000 en considérant l’ensemble des troubles liés à l’alcoolisation fœtale : troubles du comportement avec agressivité et auto-agressivité, difficultés d’apprentissage… « Si les enfants atteints de SAF sont repérés dès la naissance par des signes physiques caractéristiques, il n’en est pas de même pour ceux qui ont des troubles moins importants, explique Soumeya Bekri, de l’équipe NeoVasc. Le diagnostic est souvent posé avec retard, après plusieurs années, une fois que tous les processus de maturation cérébrale ont abouti ». Résultat : aucune prise en charge ne peut plus leur être proposée.

En savoir plus

Aller plus loin sur l’espace Alcool

Informations, parcours d’évaluations, bonnes pratiques, FAQ, annuaires, ressources, actualités...

Découvrir