Portail Milieu Professionnel

BINGE DRINKING? CANNABIS / La meilleure méthode d’intervention des médecins de famille reste à trouver!

Une étude menée par la Dre Dagmar Haller, de l’Unité de médecine de premier recours de la Faculté de médecine de l’UNIGE et de l’Unité Santé Jeunes des HUG, révèle que des conseils spécifiques prodigués par les médecins de famille n’ont pas d’impact significatif sur le comportement des jeunes ayant une consommation excessive d’alcool et de cannabis. Cette étude, publiée aujourd’hui dans le Canadian Medical Association Journal montre en effet qu’une formation à donner des conseils spécifiques n’apporte pas de bénéfice supplémentaire par rapport aux soins usuels.

Alcool

Le Binge drinking – ou la consommation de plus de cinq boissons dans un court laps de temps – et la consommation excessive de cannabis chez les jeunes – définie comme un joint ou plus par semaine peut engendrer de graves problèmes de santé à l’adolescence et à l’âge adulte. En Suisse, presque 40% de la population entre 20-24 ans s’enivre au moins une fois par mois, comme déjà 26% de 15-19 ans. Concernant le cannabis, 9.6% des 20-24 ans et 9.1% des 15-19 ans sont des utilisateurs (source: Monitorage suisse des addictions ). Si de précédentes recherches indiquent que les adultes sont sensibles aux conseils apportés par leur médecin et tendent à modifier leur comportement, les recherches concernant les jeunes sont moins claires.

Afin de déterminer si un dépistage de ces abus de substances accompagné de conseils appropriés des médecins de famille pouvait réduire les comportements à risque chez les jeunes, l’équipe de la Dre Haller a mené une étude avec 33 médecins de famille et pédiatres de Suisse romande. Les médecins ont été aléatoirement divisés en deux groupes: un groupe d’intervention et un groupe de contrôle. Les membres du groupe d’intervention ont suivi une formation à une intervention dans un style motivationnel recommandé avec les jeunes. Il est à noter que la plupart des médecins participant à l’étude avaient une formation préalable modérée à approfondie concernant les jeunes et la consommation d’alcool.

 

Pour voir la suite et les conclusions de l’étude, cliquez sur « Consulter en ligne »

En savoir plus

À lire aussi