» retour

Coke, weed, Lexomil. Prendre des substances pour tenir au travail

Les psychotropes ? Le spectre est large, la liste interminable.

Du licite à l’illicite : caféine, tabac, alcool, anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères, anti-asthéniques comme le Guronsan ou le Red Bull, cannabis, amphétamines, cocaïne…

« Il faut se déprendre d’une approche par les substances et s’intéresser aux usages : que font les salariés de ces produits ? Pourquoi les consomment-ils ? », avertit le sociologue Renaud Crespin, coauteur de « Se doper pour travailler ? ».

Réunis en congrès la semaine dernière, des chercheurs plaident pour une nouvelle approche : celle du lien entre cette consommation (voire polyconsommation) massive et l’environnement professionnel. Le recours fréquent à ces « béquilles chimiques » en dirait davantage de nos conditions de travail et des normes managériales qui les régissent, que de l’usager lui-même.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

ALCOOL / 30 jours de diazépam au lieu de 10 pour le sevrage encadré d’alcool : une étude pilote pour (re)questionner les vieux schémas.

Il existe aujourd’hui un consensus dans le milieu addictologique pour considérer que les benzodiazépines de longue durée d’action, en particulier le diazépam, sont le ‘Gold Standard’ pour le sevrage encadré d’alcool. La plupart des guidelines internationales recommandent une utilisation du diazépam sur une durée de 7 à 15 jours environ


Le 26 Oct 17