» retour

DROGUES / Les jeunes et l’addiction en chiffres

Au cours de vos études, vous avez peut-être été amené à répondre à une enquête sur vos consommations de produits comme l’ESPAD (European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs ), ou HBSC (Health Behaviour in School-aged Children), deux études européennes. Si vous y avez échappé, vous aurez peut-être droit à ESCAPAD (Enquête sur la santé et les comportements de l’appel de préparation à la défense), une enquête réalisée sur 40000 jeunes à l’occasion de la journée de préparation à la défense à laquelle sont assujettis tous les garçons et filles entre 17 et 20 ans. Voici les résultats de ces études.

 A l’image de ce qui est observé dans la population française adulte, les trois principaux produits psychoactifs consommés par les jeunes sont l’alcool, le tabac et le cannabis. Ainsi, à l’âge de 17 ans, moins d’un jeune sur dix n’a jamais pris aucun de ces trois produits et près de neuf adolescents sur dix ont au moins essayé l’alcool. Toutefois, les usages de ces trois produits apparaissent séquencés au fil de l’adolescence.Même si certains usages ont progressé, c’est une relative stabilité, voire un retard dans l’initiation des produits qui ressort des enquêtes auprès des adolescents et des jeunes adultes, qui fument leur première cigarette en moyenne à 14 ans, un an avant la première ivresse alcoolique et le premier joint, déclarés peu après 15 ans.

Consulter la suite de l’article sur le site MAAD-DIGITAL en cliquant sur « Consulter en ligne »

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

ALCOOL / Craving, anxiété et dépression : impact du sevrage d’alcool selon le sexe

Depuis une quinzaine d’années, le craving (envie irrésistible de consommer la substance) est devenu un concept central en addictologie. Pourtant, il s’agit d’un concept complexe et hétérogène, et de nombreuses définitions ont été proposées pour ce terme, avec des théories neurobiologiques distinctes pour chaque terme (pour un article de synthèse sur le sujet, le lecteur pourra se référer au travail de Henri-Jean Aubin et Marylin Skinner paru en 2010 dans Neurobiobehavioral Review).


Le 31 Jan 17