Un verre après le travail et avant les enfants, quand peut-on parler d'excès ?

Louise (1) boit «au moins une bière et deux verres de vin rouge tous les soirs». Et ce, qu'elle soit «seule ou avec quelqu'un». C'est le rituel que cette mère de deux enfants, la trentaine, a mis en place pour parvenir à se «détendre», «faire le vide» et «se poser». C

Alcool

Louise (1) boit «au moins une bière et deux verres de vin rouge tous les soirs». Et ce, qu’elle soit «seule ou avec quelqu’un». C’est le rituel que cette mère de deux enfants, la trentaine, a mis en place pour parvenir à se «détendre», «faire le vide» et «se poser». Charlotte, même tranche d’âge, concède aussi avoir un rapport à l’alcool plus quotidien depuis la naissance de ses deux filles. «C’est devenu mon sas de décompression. Avant, pour me détendre, je rentrais chez moi, j’enfilais mon bas de pyjama et me collais devant le « Grand Journal ». Aujourd’hui, je bois un verre de vin. Parce que j’ai moins de temps et que c’est très efficace. Cela me donne l’impression d’avoir une vie après mes deux journées de travail (au bureau et à la maison).» De là à crier gare à l’alcoolisme «parental» ? Nous avons posé la question au Pr Michel Lejoyeux, professeur de psychiatrie et d’addictologie à l’université Paris VII (2). Entretien.

Michel Lejoyeux. – Oui, mais l’alcoolisme chez les adultes pâtit encore d’une sorte d’a priori et de tabou. Nous avons tendance à nous rassurer en disant que ça touche principalement les jeunes impulsifs… Or, la réalité est, bien sûr, très différente. L’alcoolisme est une maladie de la modernité : plus on est surmené professionnellement, plus on va en avoir besoin. Il y a une vraie corrélation, notamment chez les femmes, entre la journée professionnelle qui va être difficile, la soirée avec les enfants qui ne va pas être simple, et le recours, tellement facile, lui, à une molécule qui donne un coup de fouet et qui détend. Du moins en apparence…

En apparence, seulement ?
Il est vrai que le verre de vin ponctuel a un effet sédatif. Mais, dès que la consommation devient chronique, l’alcool a au contraire un effet stressant, angoissant et déprimant. Nous sommes dans le modèle type du faux-ami.

Cliquez sur « En savoir plus » pour accéder à l’article du Figaro Madame

À lire aussi

  • Alcool / Article

    Qu’est-ce que le « soberversary », la nouvelle tendance en ligne qui promeut le « sans alcool » ?

    23 Sep 2022
  • Alcool / Témoignage

    Je suis Strasbourgeoise et je ne vais pas boire d’alcool pendant un an

    12 Sep 2022
  • Alcool / Témoignage

    TÉMOIGNAGE. Ex-addict à l’alcool, aux drogues et aux médicaments, Sandra Pinel est devenue patiente-experte pour aider les autres

    05 Sep 2022
  • Alcool / Témoignage

    "Je sais que je prends des risques en buvant autant" : une étudiante se confie sur sa consommation quotidienne d’alcool

    02 Sep 2022
  • Alcool / Article

    Santé : le tabac et l'alcool en tête des causes de cancer dans le monde

    22 Août 2022
  • Alcool / Article

    La bière sans alcool est-elle une bonne alternative pour la santé?

    19 Juil 2022
  • Alcool / Article

    Boire de l’alcool augmente-t-il vraiment notre libido?

    19 Juil 2022
  • Alcool / Article

    La consommation excessive d’alcool endommage le foie. À terme, l'addiction peut engendrer différentes maladies, dont la cirrhose.

    13 Juil 2022
  • Alcool / Livre

    Ensemble, jusqu'à la lie : l'amour plus fort que l'alcool

    12 Juil 2022
  • Alcool / Article scientifique

    Blocage simultané des récepteurs adrénergiques α1b et sérotoninergiques 5HT2A : étude de preuve de concept de phase 2, randomisée et contrôlée dans le trouble de l’usage d’alcool.

    01 Juil 2022
  • Alcool / Emission de radio

    Podcast Addict'AIDE : "Ma dernière fois" avec l'alcool - Episode 4

    28 Juin 2022
  • Alcool / Article scientifique

    Pourquoi la consommation d’alcool provoque des crampes ?

    15 Juin 2022