Aller sur le site Addict'Aide grand public

Bonjour Erwan, vous avez accepté de témoigner pour Carenity et nous vous en remercions.
Tout d’abord, pourriez-vous nous en dire plus sur vous ?

Je suis un homme de 44 ans, cadre en entreprise, ingénieur. Je suis monsieur tout-le-monde. Puisque l’on va aborder le sujet de l’alcoolisme, je tiens à préciser que je viens d’une famille plutôt aisée, je ne sors pas des Rougon Macquart de Zola ; comme quoi l’alcoolisme touche toutes les classes sociales.

Vous avez été alcoolique pendant 25 ans. Diriez-vous que vous l’êtes toujours ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ? Qu’est-ce que cette “rémission” implique actuellement dans votre vie ?

Je considère que je suis malade alcoolique pour le restant de mes jours, oui. Mon cerveau a définitivement enregistré l’effet plaisir engendré par l’alcool. Si je devais reprendre un verre un jour (ce qui n’arrivera pas), mes neurotransmetteurs s’exciteraient aussitôt et je retomberais dans la spirale infernale de la dépendance.

On peut s’en sortir, oui. Mais tout au long de notre vie, nous restons fragiles, il faudra toujours rester vigilant face à cette drogue dure qu’est l’alcool pour ne pas rechuter. Personnellement, je mets en place une stratégie d’évitement du produit : je ne stocke pas d’alcool quand je reçois des invités, j’achète la bouteille au dernier moment et je la vide dans l’évier avant qu’ils ne repartent ; j’évite les rayons alcool des supermarchés etc…

Ne plus boire c’est être libre. Quand on est dans l’addiction, on ne vit que pour une chose : la bouteille. On ne passe pas une minute sans penser au prochain verre, c’est une véritable obsession. Plus rien n’est important à nos yeux à part l’alcool, même notre famille ne l’est plus.

Depuis que je suis abstinent, cela fait 18 mois maintenant, je réapprends à vivre. Il n’est pas facile de sortir de 25 ans de brouillard. 25 ans c’est long. Toutes les émotions étaient éteintes ou exacerbées par l’alcool, aujourd’hui il faut vivre et ressentir les choses sans artifice et ça peut être difficile parfois. Je compare ces 25 ans au film « Truman Show » quand Jim Carrey découvre qu’il a toujours vécu sur un plateau de tournage, il doit alors apprendre à vivre dans le vrai monde.

Voir la suite de l’interview sur carenity.com

Retour

Dans la même catégorie