Alcool : l'INSERM demande un plan national en urgence

Alcool
Addiction Alcool - Alcool : l'INSERM demande un plan national en urgence

Une dépêche de l’APM (Agence Presse Médicale) parue le 4 juin 2021, annonce la publication d’un nouveau rapport de l’INSERM intitulé « Réduction des dommages associés à la consommation d’alcool ». Ce rapport issu d’une expertise collective a notamment pour objet de limiter de manière urgente l’offre et la demande d’alcool dans notre pays.

Il montre, entre autres, que la loi Evin n’est pas toujours respectée et que si la consommation d’alcool diminue en France, elle ne baisse pas de manière suffisamment significative.

L’Inserm rappelle que « la mortalité attribuable à l‘alcool est plus élevée en France qu’ailleurs en Europe ». Il provoque chaque année 41 000 décès évitables, dont 16 000 par cancer.

Aujourd’hui, 42,8 millions de Français consomment de l’alcool. La consommation moyenne est de 27g/jour pour un adulte, bien au-dessus des repères de consommation à moindres risques fixés par Santé public France. Et le coût social de l’alcool est estimé à 118 milliards d’euros.

En France, « le plaisir monétarisé qui pourrait être retiré de la consommation d’alcool additionné au profit des producteurs ne parvient pas à surpondérer le coût des pathologies et de la mortalité », observent les experts dans une synthèse de près de 140 pages de leur rapport.

Il y a donc un vrai besoin en termes de politique de prévention et de réduction des risques surtout qu’il existe un lobby alcoolier puissant en France.

Les experts du rapport proposent un plan national alcool qui comprend 6 mesures :

  • Communiquer plus clairement vis-à-vis du grand public
  • Renforcer les compétences et connaissances des usagers
  • Encourager le dépistage de la consommation d’alcool à risque et la mise en place de l’intervention brève
  • La restriction du nombre des débits de boissons
  • L’interdiction des happy hours
  • La stricte interdiction aux mineurs de consommer

De manière générale, ils demandent un cadre analogue à celui de la lutte anti-tabac afin de pouvoir mettre en place une politique efficace et basée sur des données scientifiques prouvées.

Vous pouvez accéder à la synthèse du rapport en cliquant ici. 

À lire aussi