Portail Milieu Professionnel

Une étude randomisée sur un haut dosage de baclofène chez les patients alcoolo-dépendant, une étude d'Alpadir

Objectifs de l’étude : L’alcoolodépendance est un problème majeur de santé publique pour lequel de nouveaux traitements sont nécessaires. L’étude ALPADIR a évalué l’efficacité et la tolérance du baclofène à la dose cible de 180 mg par jour chez des patients alcoolodépendants pour le maintien de l’abstinence et la réduction de la consommation d’alcool.

Alcool

Objectifs de l’étude : L’alcoolodépendance est un problème majeur de santé publique pour lequel de nouveaux traitements sont nécessaires. L’étude ALPADIR a évalué l’efficacité et la tolérance du baclofène à la dose cible de 180 mg par jour chez des patients alcoolodépendants pour le maintien de l’abstinence et la réduction de la consommation d’alcool.

 

Méthodes : 320 patients adultes sevrés ont été randomisés (158 dans le groupe baclofène et 162 dans le groupe placebo). Après une période de titration de 7 semaines, la dose de maintenance était administrée pendant 17 semaines, puis progressivement diminuée pendant 2 semaines avant d’être arrêtée.

 

Résultats : Le pourcentage de patients abstinents pendant 20 semaines consécutives (critère principal) était bas (baclofène : 11.9% ; placebo : 10.5%). La différence entre les 2 groupes n’était pas significative (odds ratio 1.20; IC 95%: 0.58 – 2.50; p=0.618). Quel que soit le groupe de traitement, les patients ont réduit leur consommation d’alcool dès le premier mois. Au 6ème mois, la différence entre les 2 groupes était de 10.9 g/j en faveur du baclofène et n’était pas statistiquement significative (p=0.095). Cette différence de réduction de consommation d’alcool au 6ème mois était encore plus importante dans le sous-groupe de patients avec une consommation d’alcool à haut risque (15.6 g/j en faveur du baclofène, p=0.089). Le craving (envie irrésistible de boire) évalué avec l’échelle OCDS (Obsessive-Compulsive Drinking Scale) était significativement diminué dans le groupe baclofène (p=0.017). Aucun problème majeur de tolérance n’a été rapporté pendant l’étude.

 

Conclusion : Cette étude n’a pas démontré la supériorité du baclofène à la dose cible de 180 mg/j par rapport au placebo pour le maintien de l’abstinence. Cependant, une tendance à la réduction de la consommation d’alcool et une diminution significative du craving toutes deux en faveur du baclofène ont été observées.

Pour consulter l’étude en entier (en anglais), cliquez sur le lien suivant.

À lire aussi