» retour

Vu du foie, le vin est bien de l’alcool !

Membres d’associations, professionnels de santé, citoyens responsables, nous soutenons la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, dans sa courageuse prise de position sur l’alcool lorsqu’elle s’attaque le 7 février sur France 2 au vin, véritable totem national, en ces termes: «Zéro différence du point de vue du foie… C’est exactement la même chose de boire du vin, de la bière, de la vodka ou du whisky. (…) On a laissé penser à la population française que le vin serait protecteur, qu’il apporterait des bienfaits que n’apporteraient pas les autres alcools. C’est faux scientifiquement, le vin est un alcool comme un autre.»

La ministre s’est trouvée bien seule dans un gouvernement qui nie les évidences scientifiques et se montre plus sensible aux intérêts de l’alcool qu’à l’intérêt général. Ainsi Christophe Castaner, délégué général de La République en marche, affirme sur BFM qu’«il y a de l’alcool dans le vin, mais c’est un alcool qui n’est pas fort. […] Le vin fait partie de notre culture, de notre tradition, de notre identité nationale. Il n’est pas notre ennemi». En marge du Salon de l’agriculture, Emmanuel Macron, en déclarant boire du vin midi et soir et en affirmant qu’«il y a un fléau de santé publique quand la jeunesse se soûle à vitesse accélérée avec des alcools forts ou de la bière, mais ce n’est pas avec le vin», montre clairement son soutien à la filière vinicole. En rappelant qu’il a «porté une loi permettant la publicité sur l’œnotourisme» et en affirmant que tant qu’il sera président «il n’y aurait pas d’amendement pour durcir la loi Évin», il laisse planer la menace d’un affaiblissement de ce qui reste d’une loi qu’il a déjà largement contribué à affaiblir.

Seconde cause de cancers après le tabac

Loin de diaboliser le vin, il convient de porter à la connaissance du public les évidences scientifiques. Ainsi, les effets sur la santé ne dépendent pas du type d’alcool, que ce soit du vin, des spiritueux ou de la bière ; ce qui compte, en termes de toxicité, c’est la quantité d’alcool bue ; la consommation française de boissons alcoolisées, bien qu’en diminution depuis un demi-siècle, reste l’une des plus fortes d’Europe avec 12 litres d’alcool pur consommés par adulte annuellement, soit 26 grammes par jour (2,6 verres à 10 grammes d’alcool le verre) ; en fait, les 3/4 de la population consomment moins de 2 verres par jour, mais le 1/4 restant boit 75 % de l’alcool commercialisé en France ; par voie de conséquence, la quantité d’alcool bue par ces usagers est très importante, loin de toute «modération» ; le vin représente près de 60 % de la consommation d’alcool ; l’alcool tue près de 50.000 personnes par an et est la seconde cause de cancers après le tabac ; l’alcool, notamment le vin, est à la source de violences familiales, conjugales et de violences sur la voie publique, de «binge drinking», d’une part importante des affections mentales, des suicides et de la mortalité accidentelle et routière.

Réduire l’alcool à une approche normative, économique, médicale, sanitaire ou sociale échouera

Ne croyons pas qu’il suffit de donner à la population ces informations incontestables. En effet, nous savons bien qu’entre la connaissance des faits et les déterminants de nos comportements interviennent de multiples facteurs. La consommation de tabac, qui concerne de l’ordre de 30 % des Français, est là pour nous le rappeler. Au-delà de l’approche rationnelle, scientifique et technique, interviennent des considérants économiques, culturels, juridiques, moraux et éthiques. C’est en ce sens que la question de l’alcool est sociétale et politique. La réduire à une approche normative, économique, médicale, sanitaire ou sociale échouera.

Nous misons sur le civisme des professionnels de la filière alcool et du monde de la santé et du social, des associations de patients, des corps intermédiaires, de la communauté éducative, enseignants et parents. Au-delà du corps social, nous en appelons à la responsabilité des élus et du gouvernement. Ces derniers auront la lourde charge de s’attaquer au tabou de l’alcool en élaborant puis en adoptant un plan national alcool. Le président de la République, en définitive, saura être le garant de la protection de la population et des plus fragiles d’entre nous. Faute de quoi, force sera d’en appeler à l’opinion publique qui, à 60 %, trouve la réglementation de l’alcool insuffisante.

Si le débat ne s’affranchit pas des intérêts particuliers et des lobbys intervenant y compris au sommet de l’État, s’il néglige les souffrances des malades, des familles et de toutes les victimes de l’alcool, nous n’avancerons pas dans le contrôle de la consommation d’un produit ambigu, source d’emplois, de plaisir et en même temps, et trop souvent, de malheurs et de drames. Si le dossier alcool reste en l’état, immanquablement, lorsque demain les responsables auront à répondre devant la justice, ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas.


Bernard Basset, vice-président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (Anpaa). Amine Benyamina, professeur de psychiatrie et d’addictologie université Paris-XI. Gérard Dubois, professeur de santé publique, Académie de médecine. Irène Frachon, pneumologue, Brest. Serge Hercberg, professeur de nutrition, université Paris-XIII. Catherine Hill, épidémiologiste. Albert Hirsch, professeur de pneumologie, université Paris-VII, administrateur de la LNCC. Michel Reynaud, professeur de psychiatrie et d’addictologie, université Paris-XI, président du Fonds action addiction. Nicolas Simon, professeur de médecine Marseille, président de l’Anpaa.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi