» retour

2 traitements de substitution nicotinique remboursables par l’Assurance Maladie

Cette prise en charge permet à tous les patients l’accès à ces traitements de substitution, y compris aux plus modestes. Elle permet, en effet, de supprimer l’avance de frais systématique et d’avoir le même tarif pour un même produit sur tout le territoire, tout en permettant une durée de traitement adaptée à la dépendance.

A titre transitoire, le forfait d’aide au sevrage de 150 euros par an et par assuré sera maintenu jusqu’àla fin de l’année 2018.

L’objectif d’accompagner les fumeurs dans l’arrêt du tabac est un engagement fort et constant des pouvoirs publics. Il s’appuie sur des actions de prévention et de soutien emblématiques telles que l’opération « Mois sans Tabac », l’augmentation des prix du paquet de cigarettes et de tabac à rouler et sur le soutien quotidien des fumeurs par les professionnels de santé dans l’aide au sevrage
tabagique.

Télécharger le communiqué de presse du Ministère des Solidarités et de la Santé, 16 mai 2018.

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Article scientifique

L’addiction au travail

Dès le début du 20ème siècle on peut lire des écrits mentionnant chez certaines personnes, des troubles somatiques et un « ennui chargé de tension », les dimanches et jours de congé. Plus tard, en 1971, est édité le livre « Confessions of a workaholic » dans lequel W.E. Oates, professeur de psychologie et de théologie à l’Université de Louisville (Kentucky) crée le néologisme : « workaholism » composé des mots « work » : travail et « alcoolisme », pour décrire la dépendance au travail qui lui évoque la dépendance à l’alcool.


Le 24 Nov 17

DROGUES / CHEMSEX : AIDES propose un dispositif d’écoute et de soutien

AIDES développe un réseau national d’entraide communautaire pour les usagers de Chemsex, leurs proches, leurs partenaires. Ce numéro d’appel d’urgence est destiné à gérer les situations qui requièrent une prise en charge immédiate : sur-dosage, surconsommation, état de mal-être physique ou psychologique (bad trip, angoisse, descente), prise de risques à VIH ou hépatites, modification et altération du comportement préventif, sentiment d’isolement, interactions entre les produits psychoactifs et les traitements à VIH, conséquences délétères de la consommation sur la santé, l’environnement familial, social et professionnel, etc.


Le 13 Juin 17