» retour

Décryptages N°24 – La bière : Nouveaux visages, nouveaux risques

2bieresDans les trois grandes familles de boissons alcoolisées (vins, bières et spiritueux), celle de la bière a longtemps avancé à bas bruit. Le produit est moins porteur d’une appropriation nationale que le vin. Sa consommation traditionnelle prédominait dans les bordures nord et est du pays, et sa promotion, marquée sociologiquement, visait essentiellement les couches populaires.

 

Les dernières décennies ont vu l’arrivée des grands brasseurs internationaux (Carlsberg et Heineken Budweiser) qui ont raflé le marché national, et imposé leurs pratiques. On est passé insensiblement d’une tradition artisanale à une industrie mondialisée avec des méthodes où l’impact sur les ventes importe plus que la transparence et le souci de la santé.

 

Si la consommation de bière n’atteint pas en France le niveau de celle du vin, elle n’en contribue pas moins aux dommages sociaux et sanitaires, et l’évolution très agressive et « créatrice » de ce secteur économique en fait un acteur dont l’évolution mérite pour le moins attention.D’autant que sous une forme moins vindicative contre la santé publique que la filière viticole, les brasseurs n’en mènent pas moins une stratégie redoutable d’efficacité en utilisant des moyens similaires.

 

Télécharger le dossier Décryptages N°24 – La bière : Nouveaux visages, nouveaux risques

 

 

 

 

  • Partager l'article sur

A consulter aussi


Revue de presse

ALCOOL / Boisson énergisante et alcool, un cocktail à risque… psychologique

Les personnes qui mélangent alcool et boissons énergisantes voient augmenter leur risque de blessures, par comparaison à celles buvant de l’alcool seul. Cette pratique est en effet associée à davantage d’accidents, davantage de bagarres, comme le conclut l’analyse parue au mois de mars dans la revue Journal of Studies on Alcohol and Drugs, portant sur un ensemble de 13 études à travers le monde.


Le 10 Mai 17