Portail Milieu Professionnel

TABAC / Hausse des prix : la ministre de la Santé espère une "prise de conscience" des fumeurs

Le prix du tabac augmentera d'un euro dès le 1 mars. Invitée sur le plateau de CNews ce mardi matin, la ministre de la Santé a affirmé que cette hausse "commence à impacter considérablement un pouvoir d’achat".

Tabac
Addiction Tabac - TABAC / Hausse des prix : la ministre de la Santé espère une "prise de conscience" des fumeurs

Jeudi 1er mars, le prix des paquets de cigarettes augmentera d’un euro. « Huit euros, je pense que ça commence à impacter considérablement un pouvoir d’achat », a concédé Agnès Buzyn sur CNews ce mardi matin. La ministre de la Santé espère que cette nouvelle hausse provoquera « une prise de conscience de ceux qui fument », qu’ils admettront « que ça représente un budget non négligeable et qu’à une période où tout le monde a envie d’augmenter son pouvoir d’achat, peut-être que cette somme-là » pourrait servir à autre chose.

« Il est important de savoir qu’à la fin de l’année ce sont plusieurs milliers d’euros par an qui sont mis dans les cigarettes (pour chaque fumeur, ndlr). Et puis, ça a un coût sociétal avec 73 000 morts par an, et un coût pour la Sécurité sociale de 20 milliards d’euros chaque année, et des vies et des familles brisées », a expliqué la ministre.

Les mesures anti-tabac du gouvernement

De nouvelles augmentations sont prévues dans les prochaines années afin de porter le prix du paquet de cigarettes à 10 euros d’ici novembre 2020 : +0,50 centimes en avril et de nouveau en novembre 2019. Puis une nouvelle hausse de 0,50 centimes en avril 2020 et une autre de 0,40 centimes en novembre de la même année. Mais cette hausse est-elle bénéfique ? Entre 2010 et 2016, alors que la prévalence du tabagisme est passée de 23,5 % à 20,9 % parmi les personnes à haut revenu (dernier tiercile), elle a augmenté de 35,2 % à 37,5 % chez les plus bas revenus (premier tiercile). Comme nous l’expliquions récemment, la hausse du prix du tabac ne dissuade pas les personnes les plus défavorisées. Et ce, en dépit des récentes révélations liées aux taux de goudron et de nicotine supérieurs à la normale dans une cigarette.

À lire aussi